Glaces modernes

Expert
6
vidéos
152
minutes

Une approche théorique approfondie de la technologie de la glace avec une mise en application au travers trois recettes de glaces modernes et originales : une glace à la fraise simplifiée, un sorbet plein fruit à la poire et au bleu d'Auvergne, une glace vegan à l'amande.

avis

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Devenir Membre
DECOUVRIR
Enregistrer
Partager
Stéphane Augé
Meilleur Ouvrier de France Glacier
Professeur / Formateur
LES TECHNIQUES QUE LE CHEF VOUS ENSEIGNE DANS CE COURS :
LES TECHNIQUES QUE LES CHEFS VOUS ENSEIGNENT DANS CE COURS :
LES TECHNIQUES QUE LA CHEFFE VOUS ENSEIGNE DANS CE COURS :
  • Mixer au mixeur plongeant
  • Pasteuriser un appareil
  • Réaliser le mix d'une glace
  • Réaliser un granola
  • Réaliser un sorbet
  • Réaliser un stabilisant naturel pour glaces
  • Réaliser une glace
  • Réaliser une glace vegan
  • Réaliser une émulsion
  • Turbiner une préparation
  • TEMPS DE RÉALISATION :

    PRÉPARATIon :
    0h50
    CUISSON :
    0h30
    REPOS :
    60h00
    INGRéDIENTS

    POUR 1 KG DE SOLUTION DE PECTINE :

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95



    POUR 1,5 KG DE GLACE À LA FRAISE DE MÉMÉ :

    215 g de sucre
    30 g de jus de citron
    140 g de crème entière liquide
    1 000 g de fraises fraîches
    60 g de solution de pectine



    POUR 1,8 KG DE SORBET PLEIN FRUIT À LA POIRE ET AU BLEU D'AUVERGNE :

    135 g de sucre
    100 g de sucre inverti
    180 g d'eau
    1000 g de purée de poire sucrée 10%
    275 g de fromage bleu d'Auvergne
    110 g de solution de pectine
    35 g de fibres (inuline)



    POUR 1,7 KG DE GLACE VEGAN À L'AMANDE :

    100 g de sucre inverti
    200 g de sucre
    60 g de fructose
    100 g de miel
    50 g de sirop d’érable
    1 000 g de lait d'amande
    180 g de pure pâte d'amande
    50 g de flocons d'avoine
    50 g de quinoa soufflé
    50 g de pistaches hachées
    50 g de noix de pécan
    50 g de amandes bâtonnet
    140 g de solution de pectine
    60 g de fibres (inuline)

    POUR 1 KG DE SOLUTION DE PECTINE :

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95



    POUR 1,5 KG DE GLACE À LA FRAISE DE MÉMÉ :

    215 g de sucre
    30 g de jus de citron
    140 g de crème entière liquide
    1 000 g de fraises fraîches
    60 g de solution de pectine



    POUR 1,8 KG DE SORBET PLEIN FRUIT À LA POIRE ET AU BLEU D'AUVERGNE :

    135 g de sucre
    100 g de sucre inverti
    180 g d'eau
    1000 g de purée de poire sucrée 10%
    275 g de fromage bleu d'Auvergne
    110 g de solution de pectine
    35 g de fibres (inuline)



    POUR 1,7 KG DE GLACE VEGAN À L'AMANDE :

    100 g de sucre inverti
    200 g de sucre
    60 g de fructose
    100 g de miel
    50 g de sirop d’érable
    1 000 g de lait d'amande
    180 g de pure pâte d'amande
    50 g de flocons d'avoine
    50 g de quinoa soufflé
    50 g de pistaches hachées
    50 g de noix de pécan
    50 g de amandes bâtonnet
    140 g de solution de pectine
    60 g de fibres (inuline)

    voila chef
    USTENSILES SPéCIFIQUES

    Robot mixeur-cuiseur
    Mixeur plongeant
    Turbine à glace
    Feuille de cuisson siliconée

    REJOIGNEZ - NOUS POUR PROFITER DE CE COURS EN INTégralité !

    REJOIGNEZ - NOUS POUR 
    PROFITER DE CE COURS
     EN INTégralité !

    à votre rythme

    Suivez nos cours quand vous le souhaitez !
    Les vidéos sont accessibles 24h/24 et 7j/7 depuis mobile, tablette et ordinateur.
    Les fiches techniques sont téléchargeables.
    Avancez et progressez à votre rythme.

    Accès illimité à +700 vidéos

    Profitez d'un accès illimité à tous les cours déjà publiés et les cours à venir pendant votre adhésion.
    Déjà 93 cours en ligne soit 710 vidéos par les meilleurs Chefs français vous attendent !

    7 jours pour changer d'avis

    Vous changez d'avis ?  Aucun souci !
    Nous vous remboursons votre adhésion sur simple demande dans les 7 jours.
    De plus, nos abonnement sont sans engagement !

    1. Technologie de la glace
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Réaliser le mix d'une glace
  • Ingrédients :
    voila chef
    Réalisation :
    La qualité de la glace dépend de nombreux paramètres. En premier lieu les objectifs : attentes de la clientèle, situation géographique, conditions climatiques, contexte économique Ainsi, en été par exemple, on privilégiera des glaces plus fermes et plus froides. Puis ensuite, on doit prendre en compte : - le choix des ingrédients - le type de matériel - la composition du mix - l'équilibre de la recette - le mode opératoire - la formation du personnel LE CHOIX DES INGREDIENTS L'élément de base est l'eau pour les sorbets ou le lait pour les crèmes glacées. Généralement, les recettes sont établies sur une base de lait entier, car il contient des protéines, du lactose, et des matières grasses butyriques naturellement homogénéisés dans le produit. Il ne sera donc pas nécessaire d'ajouter trop d'autres produits pour enrichir la glace. L'utilisation de lait cru permet d'avoir un résultat gustatif supérieur. Si on utilise de l'eau et qu'elle a un goût particulier, ce goût sera amplifié par le froid. Ce peut être le cas de l'eau du robinet ou des eaux minérales. L'idéal est d'utiliser de l'eau de source. LES MATIERES ANIMALES Les matières grasses : beurre, crème... Elles vont apporter du corps ou du crémeux. Le beurre va apporter de la fermeté à la glace. La crème, elle, a un pouvoir d'homogénéisation et va permettre d'incorporer de l'air plus facilement, donc augmenter le foisonnement de la glace, ce qui lui donnera plus de souplesse. Le choix de ces produits peut également jouer sur le goût : une crème crue par exemple a un intérêt gustatif indéniable. La matière grasse va également servir de support aromatique, et fixer les saveurs de la glace. Elle va aussi développer ces saveurs lors de la maturation, d'où l'importance du temps de maturation de la glace. La poudre de lait Elle contient du lactose et des protéines laitières (environ 50% chacun). C'est une source d'extrait sec dégraissé du lait (ESDL). Elle va améliorer le foisonnement et la structure des glaces. La protéine laitière améliore le foisonnement. Le lactose stabilise l'eau libre qui forme les cristaux de glace que l'on souhaite éviter dans une glace de qualité. Il a une capacité d'absorption de 10 fois son poids en eau. 100g de poudre de lait (donc 50 g de lactose) peut donc absorber 500 g d'eau. On l'utilise donc pour limiter la cristallisation et la fonte des glaces. Si on en utilise trop, il peut cristalliser lors de la conservation, ce qui donnera une texture sableuse désagréable en bouche. Les œufs Le jaune d'œuf a une forte teneur en lécithine, un émulsifiant naturel qui permet de faire la liaison entre l'eau et la matière grasse. Il permet d'avoir un bon foisonnement et une texture agréable. Il a été progressivement remplacé par des émulsifiants industriels après les années 50, mais on recommence à l'utiliser dans les recettes de crèmes glacées. LES SUCRES Le saccharose (le sucre) C'est l'élément sucrant principal. Il développe les arômes, joue un rôle primordial sur la texture de la glace, va abaisser le point de congélation et réduire l'apparition de cristaux de glace. Il est difficilement remplaçable en totalité ; du moins il faut éviter de le remplacer à plus de 50% par d'autres sucres qui pourraient avoir des propriétés technologiques différentes. Le sucre inverti et le miel Le sucre inverti est obtenu à partir de l'hydrolyse totale du saccharose. Le miel est un produit naturel qui possède des propriétés similaires à celles du sucre inverti. Ils peuvent être utilisés pour remplacer l'un ou l'autre. On peut fabriquer du sucre inverti à la maison : il faut chauffer du sucre avec un acide (du jus de citron par exemple) dans de l'eau. L'acidité va rompre les molécules du saccharose pour donner un produit aux caractéristiques différentes. Le sucre inverti a ainsi un pouvoir sucrant et anti-congelant plus élevé. Il peut donc être utilisé pour assouplir les glaces. Ces sucres vont également capter l'eau libre et réduire la formation de cristaux de glace. Les glucoses et le dextrose Ils proviennent d'une hydrolyse d'un amidon (de blé, de maïs...). On va couper les chaînes de molécule de glucose : au fil de ce processus, on va obtenir plusieurs produits, avec pour produit final le dextrose. C'est une molécule de glucose unique (on a coupé toute la chaîne de molécule d'amidon). Au cours du processus, on peut ainsi obtenir : - des maltodextrines : c'est le premier produit obtenu par hydrolyse (on doit avoir un dextrose équivalent < 20 (DE < 20) ). Son pouvoir sucrant est faible et permet de réduire le goût sucré de la glace. Sa capacité hygroscopique est importante (elle va absorber l'eau très facilement), et elle apporte principalement de l'extrait sec. - des glucoses : à faible DE (entre 21 et 50), ou à fort DE (entre 50 et 99,5). Ils ont un pouvoir sucré plus important que la maltodextrine, mais toujours inférieur à 100. Ils ont aussi un effet anti-cristallisant et apportent de l'extrait sec. Ils vont enfin apporter une sensation de fraîcheur à la dégustation, il faut donc les utiliser avec parcimonie car cette sensation peut être désagréable dans une glace déjà froide. - le dextrose : c'est une molécule de glucose seule. Il a un pouvoir sucrant légèrement inférieur à celui du saccharose, est très hygroscopique et a un pouvoir anti-congelant très élevé. Il apporte aussi de l'extrait sec car il est généralement utilisé sous forme de poudre. Le fructose C'est un sucre extrait des fruits. C'est donc un produit naturel, assimilé très facilement par l'organisme. Il est parfois utilisé pour alléger en sucre une préparation car son pouvoir sucrant est très élevé (1,5 à 2 fois celui du saccharose) : on peut donc en utiliser moins de sucre pour le même résultat gustatif. Il faut toutefois conserver un minimum de matière sèche, donc ne pas remplacer tout le saccharose. Son utilisation est rare et spécifique. Le tréhalose C'est une alternative au saccharose, beaucoup utilisée par les glaciers italiens. Il provient d'un amidon et est constitué de deux molécules de glucose. Il a des propriétés identiques au saccharose, à l'exception de son pouvoir sucrant qui est deux fois moins élevé. Il est très hygroscopique et réduit la formation de cristaux lors de la conservation. Son prix est cependant assez élevé. Résumé des sucres : Saccharose : pouvoir sucrant 100, pouvoir anti-congelant 100 Tréhalose : pouvoir sucrant 45, pouvoir anti-congelant 100 Sucre inverti : pouvoir sucrant 130, pouvoir anti-congelant 190 Fructose : pouvoir sucrant 170, pouvoir anti-congelant 190 Miel : pouvoir sucrant 120/130, pouvoir anti-congelant 190 Dextrose : pouvoir sucrant 74, pouvoir anti-congelant 190 Glucose 60DE : pouvoir sucrant 68, pouvoir anti-congelant 115 Glucose 40DE : pouvoir sucrant 48, pouvoir anti-congelant 80 Glucose 21DE : pouvoir sucrant 23, pouvoir anti-congelant 38 Maltodextrine 5/19DE: pouvoir sucrant 5/10, pouvoir anti-congelant 10/19 Si on veut une glace moins sucrée : on utilise le tréhalose Si on veut une texture plus souple : on utilise le sucre inverti, le fructose, le miel ou le dextrose car ils ont un fort PAC. La glace est le résultat d'un équilibre entre ces différents sucres. LES STABILISANTS Ce sont généralement des produits naturels, mais ils sont classés selon le codex des additifs. Chaque produit a des propriétés différentes : on trouve des stabilisants, des émulsifiants, des épaississants, des gélifiants... Ils réagissent différemment selon les produits avec lesquels ils sont utilisés. On les utilise en très petite quantité : entre 0,2% et 0,5% de la recette. Les stabilisants Ils sont utilisés car : - ils facilitent l'incorporation de l'air et limitent la formation de cristaux - ils améliorent le corps et la texture de la glace - ils préviennent la fonte à la dégustation - ils permettent une meilleure conservation Les émulsifiants Ils sont utilisés car : - ils participent à la dispersion des molécules de matière grasse - ils améliorent l'incorporation de l'air - ils donnent une texture plus fine et souple - ils préviennent la fonte rapide lors du service Ils ne sont pas indispensables si on utilise assez de jaunes d'œufs. Il faut cependant bien homogénéiser le mélange au mixeur pour bien émulsionner. exemples : le E471, le STAB 2000, la lécithine de soja ou de tournesol Les fibres Elles peuvent remplacer le saccharose et ont un indice glycémique plus bas que le sucre. Elles ne sont pas assimilées par l'organisme donc s'éliminent facilement. Elles donnent une texture crémeuse et huileuse à la préparation, ce qui permet de diminuer le taux de matière grasse tout en gardant une texture de glace similaire. Son utilisation se limite à 3-4% du volume de la préparation : autrement la texture va devenir caoutchouteuse. LES FRUITS On peut les utiliser frais, en jus ou entiers, ou en purée (sucrées ou non, aseptiques, réfrigérées, surgelées...). Pour une utilisation régulière en boutique, tout au long de l'année, on privilégiera ainsi les purées, facilement accessibles. Les fruits frais permettront cependant d'avoir un meilleur résultat sur le plan gustatif. La teneur en sucre d'un fruit varie en fonction de son mûrissement ou du moment de la saison : il peut donc être difficile de doser le sucre quand on utilise des fruits frais. On peut mélanger du fruit frais et de la purée pour bénéficier des avantages des deux types de produits. LES CHOCOLATS A l'origine, la fève de cacao contient en moyenne 50% de cacao sec et 50% de matière grasse. Lorsqu'on utilise de la pâte de cacao, on obtiendra donc ce rapport. La poudre de cacao est un produit dégraissé, elle contient donc très peu de matière grasse. Utilisée dans les glaces, elle peut donner un goût un peu râpeux. Le chocolat de couverture se compose d'une partie de cacao sec, de beurre de cacao, de sucre et d'un peu de lécithine. Il est enrichi en matière grasse. Le P125 80% se compose à 46% de cacao sec (quasiment autant que la pâte de cacao), de 36% de matière grasse (c'est donc un produit dégraissé) et de 20% de sucre. La matière grasse végétale (beurre de cacao) que l'on trouve dans le chocolat n'est pas très intéressante dans la fabrication des glaces, car sa température de fonte est différente de celle de la matière grasse butyrique. Le P125 80% est donc adapté à la fabrication de la glace en raison de sa moindre teneur en matière grasse. On peut équilibrer entre un chocolat de couverture, et de la pâte de cacao ou de la poudre de cacao pour avoir la proportion de cacao sec voulue sans ajouter trop de matière grasse. LES FRUITS SECS Ils se composent principalement de de matière sèche et de matière grasse. On peut les utiliser bruts, les torréfier pour leur donner de nouveaux arômes, ou les transformer en praliné. LE MATERIEL : Il existe tout type de turbines, dont des turbines ménagères (la Magimix par exemple). On peut trouver des produits semi-professionnels ou professionnels dans la marque Nemox (notamment des machines de taille raisonnables). - La turbine de table permet de produire de petites quantités de produit. - La turbine à glace soft permet d'obtenir des glaces dites "à l'italienne", directement à température de dégustation. - Le Pacojet est utilisé en restauration : il permet d'émulsionner une préparation congelée dans un bol. Le résultat est de bonne qualité même s'il ne s'agit pas vraiment d'une turbine à glace. Au cours de son action, le Pacojet va cependant faire augmenter la température de la préparation : il faut donc éviter d'avoir un produit trop souple (le sucrer moins est une solution). - La turbine de comptoir a une capacité identique à celle du Pacojet : elle turbine de la glace en refroidissant et en foisonnant le mélange en 6 minutes. On peut donc turbiner rapidement plusieurs parfums de glace. On s'intéresse ici à du matériel professionnel, plus imposant et coûteux : - Le pasteurisateur permet de réaliser le mix de glace tout en appliquant un cycle de pasteurisation complet (chauffage à 85°C puis refroidissement à 4°C et maturation). On utilise alors une turbine pour glacer le produit aux alentours de -6/-8°C. - On peut aussi recourir à un pasteurisateur et une turbine combinés. - Pour une production industrielle de glace, on peut utiliser des freezers continus qui pompent du mix dans un pasteurisateur et qui vont produire directement du produit. On peut ici régler le foisonnement au plus près du résultat attendu (et ainsi obtenir plus de produit en foisonnant davantage, ce qui n'a cependant pas de grand intérêt gustatif puisque l'air incorporé réduit la puissance des saveurs). LA COMPOSITION DU MIX : Lors de la conservation, l'eau libre va former des cristaux : le produit n'aura alors aucune souplesse, aucune onctuosité. Pour obtenir un bon résultat, il faut alors utiliser les stabilisants et les émulsifiants. Les extraits secs en solution (sucre, ESDL, colorants, alcool, arômes), c'est-à-dire dissous dans un volume d'eau, ont leurs molécules liées à des molécules d'eau, et ne vont donc pas créer de cristaux à la conservation. Il faut cependant utiliser des stabilisants pour stabiliser l'eau libre. Les extraits secs en suspension (matières grasses, pulpe de fruit) doivent être complétés par des émulsifiants pour être liés avec l'eau libre. L'équilibre de la recette : sorbet Déterminer l'équilibre d'un sorbet est relativement abordable. 1) On définit d'abord le pourcentage de fruits désiré, puis on en calcule le poids. Exemple : on veut 60% de fruit dans 10 000 g de préparation, on a donc 6 kg de fruit. 2) On calcule ensuite le taux de sucre contenu dans le fruit (le "brix"). On utilise pour cela un réfractomètre électronique (dont le prix est élevé), ou à visée oculaire (dont le prix est accessible) : on récupère une goutte de fruit mixé, puis on l'analyse avec le réfractomètre. Exemple : ici, la fraise est à 7 ou 8 brix, c'est-à-dire qu'elle contient 7% à 8% de sucre dans son jus. A certains moments de la saison, le brix peut monter à 14%. Pour 6 kg de fruit, on a donc 480g de matière sèche (de sucre) dans la masse totale. 3) On définit maintenant le pourcentage d'EST (extrait sec total). Dans un sorbet, c'est en général principalement du sucre (du fruit et ajoutés), et on le fixe à 30 (30% de sucre total dans la recette finale). Ce pourcentage est défini par l'usage, et est généralement fixé entre 27 et 33 brix. 4) On définit le pourcentage de sucre hors saccharose et le poids correspondant. Il faut aussi choisir quel type de sucre on va utiliser. 5) On définit le pourcentage de stabilisateur : de 0,2% à 0,5% du volume total, en fonction des fruits. Un fruit aqueux va avoir tendance à former des cristaux à la conservation (citrons, agrumes, fruit de la passion, griotte), on va donc ajouter 0,5% de stabilisateur si on utilise ce type de fruit. A l'inverse, un fruit charnu (abricot...) nécessitera moins de stabilisateur. Le pourcentage moyen est de 0,3%. On calcule alors le poids et l'extrait sec correspondant (sur 10 kg de préparation, on en met 200g à 500g). 6) On calcule le poids de saccharose. On déduit des 30% d'EST (3000 g) le poids correspondant des différents sucre, d'extrait sec du stabilisateur et on complète le poids en saccharose. 7) On calcule le poids d'eau : on soustrait aux 10 000 g le poids des sucres le poids de fruits, des différents sucres, de stabilisateur et on complète avec de l'eau. Exercice : On veut 10 000 g de produit. Le pourcentage d'EST désiré est de 30%, soit 3 000 g. On veut 60% de fruit, soit 6 000 g de purée ou jus de fruit. Au réfractomètre, on trouve 8% d'extrait sec, soit 480g. On doit donc compléter nos 3 kg d'EST de 3 000 g - 480 g = 2 520 g de sucres additionnels. Il faut alors choisir quels sucres additionnels on va apporter en fonction de leur pouvoir sucrant. Ici, on veut diminuer la sucrosité de la glace. Le fruit a un pouvoir sucrant de 125% (1,25 fois l'extrait sec, soit 600 de PS). On peut alors apporter du glucose atomisé, qui a un pouvoir sucrant faible (50%), ou du dextrose (70%). Le choix doit aussi être fait en fonction du pouvoir anti-congelant des sucres (le glucose atomisé a un pouvoir anti-congelant (PAC) de 90 contre 190 pour le dextrose). Plus le PAC est élevé, plus la glace sera souple. On choisit ici de combiner les deux produits, et d'apporter 3% de glucose atomisé (soit 300 g de glucose atomisé) et 3% de dextrose (soit 300g de dextrose également). L'EST du glucose atomisé est de 95%, donc son poids est ici de 0,95 * 300 g = 285 g. L'EST du dextrose est de 92%, donc son poids est ici de 0,92 * 300 g = 276 g. On décide de mettre la quantité moyenne de stabilisateur : 0,3%, soit 30 g de stabilisateur. L'EST du stabilisateur est de 100%, et représente donc 30 g. On peut alors calculer le volume de saccharose que l'on doit ajouter, en raisonnant uniquement d'après l'extrait sec. On obtient 10 000 g - 480 g - 285 g - 276 g - 30 g = 1 929 g de saccharose. On obtient également le volume d'eau que l'on doit apporter au mélange, soit 10 000 g - 6 000 g - 300 g - 300 g - 30 g - 1 929 g = 1 441 g d'eau. On a alors une glace avec un pouvoir sucrant de 28,89%, soit un PS inférieur à 30% (on a donc désucré la glace), et un pouvoir anti-congelant de 324,9 (supérieur à 300, donc donnant une glace plus souple). Pour une crème glacée, il faudra prendre en compte l'extrait sec dégraissé du lait, la matière grasse butyrique Mode opératoire 1) Choisir les matières premières 2) Equilibrer la recette 3) Effectuer les pesées (en utilisant une balance précise) 4) Réaliser le mix : a) Tiédir à 45°C les éléments liquides et humides mélangés ensemble à 35°C (eau, solution de pectine, lait, crème, jaunes, beurre fondu, sucre inverti, glucose, sirop...). b) Ajouter (toujours à 45°C) sous forte agitation les éléments secs mélangés ensemble (saccharose, glucose déshydraté, dextrose, fructose, tréhalose, fibres, poudre de lait, stabilisant et émulsifiant...). c) Mixer fortement et pasteuriser à 85°C. d) Ajouter certains arômes et émulsionner au besoin. e) Refroidir rapidement à 4°C. f) Ajouter les purées de fruit, fromages et yaourts... (qui peuvent être sensibles à la température) g) Mixer fortement / homogénéiser. 5) Maturer (pour développer les arômes et terminer la formation du gel dû au stabilisant), dans l'idéal 24 heures 6) Sangler / glacer / turbiner (passage d'une température positive à une température négative : le mix devient alors glace) 7) Surgeler rapidement (pour limiter la formation de cristaux de glace) 8) Stocker au froid à -18°C 9) Servir (dans l'idéal entre -10°C et -16°C selon le produit) Le cycle de pasteurisation Il commence à une température de 4°C (température de stockage du lait par exemple). On porte à 45°C (température d'ajout des éléments secs). On porte à 85°C pendant 10 à 15 minutes. On refroidit rapidement à 4°C pour éviter la zone critique entre 15°C et 45°C où les bactéries mésophiles peuvent se développer. On mature en-dessous de 4°C. Le foisonnement On incorpore le mix dans la turbine à 4°C. Il va se transformer en glace entre -4°C et -6°C : on arrête le foisonnement à ce moment. Si la machine tourne plus longtemps, on risque de perdre le foisonnement à des températures trop basses. Les températures entre 4°C et -4°C sont les plus propices à l'incorporation d'air. Taux de foisonnement = ((poids 1L de mix - poids 1L de glace) / poids 1L de glace) * 100 Le taux de foisonnement est entre 30% et 40% pour les sorbets, et entre 50% et 70% pour des crèmes glacées. En fonction de l'EST, du taux de matières grasses, la glace va avoir un poids différent et va donc affecter le taux de foisonnement. Le point de congélation de l'eau Il est important de surgeler rapidement la préparation qui sort de la turbine. En effet, à une température de -5°C/-10°C (température de la glace en sortie de turbine), on va avoir entre 48% et 70% d'eau congelée. Pour éviter la formation de cristaux à partir de l'eau libre, il faut congeler à cœur le plus vite possible (à -20°C, on a 87% d'eau congelée, ou 90% à -25°C). On aura donc une meilleure conservation du produit.
    La qualité de la glace dépend de nombreux paramètres. En premier lieu les objectifs : attentes de la clientèle, situation géographique, conditions climatiques, contexte économique Ainsi, en été par exemple, on privilégiera des glaces plus fermes et plus froides. Puis ensuite, on doit prendre en compte : - le choix des ingrédients - le type de matériel - la composition du mix - l'équilibre de la recette - le mode opératoire - la formation du personnel LE CHOIX DES INGREDIENTS L'élément de base est l'eau pour les sorbets ou le lait pour les crèmes glacées. Généralement, les recettes sont établies sur une base de lait entier, car il contient des protéines, du lactose, et des matières grasses butyriques naturellement homogénéisés dans le produit. Il ne sera donc pas nécessaire d'ajouter trop d'autres produits pour enrichir la glace. L'utilisation de lait cru permet d'avoir un résultat gustatif supérieur. Si on utilise de l'eau et qu'elle a un goût particulier, ce goût sera amplifié par le froid. Ce peut être le cas de l'eau du robinet ou des eaux minérales. L'idéal est d'utiliser de l'eau de source. LES MATIERES ANIMALES Les matières grasses : beurre, crème... Elles vont apporter du corps ou du crémeux. Le beurre va apporter de la fermeté à la glace. La crème, elle, a un pouvoir d'homogénéisation et va permettre d'incorporer de l'air plus facilement, donc augmenter le foisonnement de la glace, ce qui lui donnera plus de souplesse. Le choix de ces produits peut également jouer sur le goût : une crème crue par exemple a un intérêt gustatif indéniable. La matière grasse va également servir de support aromatique, et fixer les saveurs de la glace. Elle va aussi développer ces saveurs lors de la maturation, d'où l'importance du temps de maturation de la glace. La poudre de lait Elle contient du lactose et des protéines laitières (environ 50% chacun). C'est une source d'extrait sec dégraissé du lait (ESDL). Elle va améliorer le foisonnement et la structure des glaces. La protéine laitière améliore le foisonnement. Le lactose stabilise l'eau libre qui forme les cristaux de glace que l'on souhaite éviter dans une glace de qualité. Il a une capacité d'absorption de 10 fois son poids en eau. 100g de poudre de lait (donc 50 g de lactose) peut donc absorber 500 g d'eau. On l'utilise donc pour limiter la cristallisation et la fonte des glaces. Si on en utilise trop, il peut cristalliser lors de la conservation, ce qui donnera une texture sableuse désagréable en bouche. Les œufs Le jaune d'œuf a une forte teneur en lécithine, un émulsifiant naturel qui permet de faire la liaison entre l'eau et la matière grasse. Il permet d'avoir un bon foisonnement et une texture agréable. Il a été progressivement remplacé par des émulsifiants industriels après les années 50, mais on recommence à l'utiliser dans les recettes de crèmes glacées. LES SUCRES Le saccharose (le sucre) C'est l'élément sucrant principal. Il développe les arômes, joue un rôle primordial sur la texture de la glace, va abaisser le point de congélation et réduire l'apparition de cristaux de glace. Il est difficilement remplaçable en totalité ; du moins il faut éviter de le remplacer à plus de 50% par d'autres sucres qui pourraient avoir des propriétés technologiques différentes. Le sucre inverti et le miel Le sucre inverti est obtenu à partir de l'hydrolyse totale du saccharose. Le miel est un produit naturel qui possède des propriétés similaires à celles du sucre inverti. Ils peuvent être utilisés pour remplacer l'un ou l'autre. On peut fabriquer du sucre inverti à la maison : il faut chauffer du sucre avec un acide (du jus de citron par exemple) dans de l'eau. L'acidité va rompre les molécules du saccharose pour donner un produit aux caractéristiques différentes. Le sucre inverti a ainsi un pouvoir sucrant et anti-congelant plus élevé. Il peut donc être utilisé pour assouplir les glaces. Ces sucres vont également capter l'eau libre et réduire la formation de cristaux de glace. Les glucoses et le dextrose Ils proviennent d'une hydrolyse d'un amidon (de blé, de maïs...). On va couper les chaînes de molécule de glucose : au fil de ce processus, on va obtenir plusieurs produits, avec pour produit final le dextrose. C'est une molécule de glucose unique (on a coupé toute la chaîne de molécule d'amidon). Au cours du processus, on peut ainsi obtenir : - des maltodextrines : c'est le premier produit obtenu par hydrolyse (on doit avoir un dextrose équivalent < 20 (DE < 20) ). Son pouvoir sucrant est faible et permet de réduire le goût sucré de la glace. Sa capacité hygroscopique est importante (elle va absorber l'eau très facilement), et elle apporte principalement de l'extrait sec. - des glucoses : à faible DE (entre 21 et 50), ou à fort DE (entre 50 et 99,5). Ils ont un pouvoir sucré plus important que la maltodextrine, mais toujours inférieur à 100. Ils ont aussi un effet anti-cristallisant et apportent de l'extrait sec. Ils vont enfin apporter une sensation de fraîcheur à la dégustation, il faut donc les utiliser avec parcimonie car cette sensation peut être désagréable dans une glace déjà froide. - le dextrose : c'est une molécule de glucose seule. Il a un pouvoir sucrant légèrement inférieur à celui du saccharose, est très hygroscopique et a un pouvoir anti-congelant très élevé. Il apporte aussi de l'extrait sec car il est généralement utilisé sous forme de poudre. Le fructose C'est un sucre extrait des fruits. C'est donc un produit naturel, assimilé très facilement par l'organisme. Il est parfois utilisé pour alléger en sucre une préparation car son pouvoir sucrant est très élevé (1,5 à 2 fois celui du saccharose) : on peut donc en utiliser moins de sucre pour le même résultat gustatif. Il faut toutefois conserver un minimum de matière sèche, donc ne pas remplacer tout le saccharose. Son utilisation est rare et spécifique. Le tréhalose C'est une alternative au saccharose, beaucoup utilisée par les glaciers italiens. Il provient d'un amidon et est constitué de deux molécules de glucose. Il a des propriétés identiques au saccharose, à l'exception de son pouvoir sucrant qui est deux fois moins élevé. Il est très hygroscopique et réduit la formation de cristaux lors de la conservation. Son prix est cependant assez élevé. Résumé des sucres : Saccharose : pouvoir sucrant 100, pouvoir anti-congelant 100 Tréhalose : pouvoir sucrant 45, pouvoir anti-congelant 100 Sucre inverti : pouvoir sucrant 130, pouvoir anti-congelant 190 Fructose : pouvoir sucrant 170, pouvoir anti-congelant 190 Miel : pouvoir sucrant 120/130, pouvoir anti-congelant 190 Dextrose : pouvoir sucrant 74, pouvoir anti-congelant 190 Glucose 60DE : pouvoir sucrant 68, pouvoir anti-congelant 115 Glucose 40DE : pouvoir sucrant 48, pouvoir anti-congelant 80 Glucose 21DE : pouvoir sucrant 23, pouvoir anti-congelant 38 Maltodextrine 5/19DE: pouvoir sucrant 5/10, pouvoir anti-congelant 10/19 Si on veut une glace moins sucrée : on utilise le tréhalose Si on veut une texture plus souple : on utilise le sucre inverti, le fructose, le miel ou le dextrose car ils ont un fort PAC. La glace est le résultat d'un équilibre entre ces différents sucres. LES STABILISANTS Ce sont généralement des produits naturels, mais ils sont classés selon le codex des additifs. Chaque produit a des propriétés différentes : on trouve des stabilisants, des émulsifiants, des épaississants, des gélifiants... Ils réagissent différemment selon les produits avec lesquels ils sont utilisés. On les utilise en très petite quantité : entre 0,2% et 0,5% de la recette. Les stabilisants Ils sont utilisés car : - ils facilitent l'incorporation de l'air et limitent la formation de cristaux - ils améliorent le corps et la texture de la glace - ils préviennent la fonte à la dégustation - ils permettent une meilleure conservation Les émulsifiants Ils sont utilisés car : - ils participent à la dispersion des molécules de matière grasse - ils améliorent l'incorporation de l'air - ils donnent une texture plus fine et souple - ils préviennent la fonte rapide lors du service Ils ne sont pas indispensables si on utilise assez de jaunes d'œufs. Il faut cependant bien homogénéiser le mélange au mixeur pour bien émulsionner. exemples : le E471, le STAB 2000, la lécithine de soja ou de tournesol Les fibres Elles peuvent remplacer le saccharose et ont un indice glycémique plus bas que le sucre. Elles ne sont pas assimilées par l'organisme donc s'éliminent facilement. Elles donnent une texture crémeuse et huileuse à la préparation, ce qui permet de diminuer le taux de matière grasse tout en gardant une texture de glace similaire. Son utilisation se limite à 3-4% du volume de la préparation : autrement la texture va devenir caoutchouteuse. LES FRUITS On peut les utiliser frais, en jus ou entiers, ou en purée (sucrées ou non, aseptiques, réfrigérées, surgelées...). Pour une utilisation régulière en boutique, tout au long de l'année, on privilégiera ainsi les purées, facilement accessibles. Les fruits frais permettront cependant d'avoir un meilleur résultat sur le plan gustatif. La teneur en sucre d'un fruit varie en fonction de son mûrissement ou du moment de la saison : il peut donc être difficile de doser le sucre quand on utilise des fruits frais. On peut mélanger du fruit frais et de la purée pour bénéficier des avantages des deux types de produits. LES CHOCOLATS A l'origine, la fève de cacao contient en moyenne 50% de cacao sec et 50% de matière grasse. Lorsqu'on utilise de la pâte de cacao, on obtiendra donc ce rapport. La poudre de cacao est un produit dégraissé, elle contient donc très peu de matière grasse. Utilisée dans les glaces, elle peut donner un goût un peu râpeux. Le chocolat de couverture se compose d'une partie de cacao sec, de beurre de cacao, de sucre et d'un peu de lécithine. Il est enrichi en matière grasse. Le P125 80% se compose à 46% de cacao sec (quasiment autant que la pâte de cacao), de 36% de matière grasse (c'est donc un produit dégraissé) et de 20% de sucre. La matière grasse végétale (beurre de cacao) que l'on trouve dans le chocolat n'est pas très intéressante dans la fabrication des glaces, car sa température de fonte est différente de celle de la matière grasse butyrique. Le P125 80% est donc adapté à la fabrication de la glace en raison de sa moindre teneur en matière grasse. On peut équilibrer entre un chocolat de couverture, et de la pâte de cacao ou de la poudre de cacao pour avoir la proportion de cacao sec voulue sans ajouter trop de matière grasse. LES FRUITS SECS Ils se composent principalement de de matière sèche et de matière grasse. On peut les utiliser bruts, les torréfier pour leur donner de nouveaux arômes, ou les transformer en praliné. LE MATERIEL : Il existe tout type de turbines, dont des turbines ménagères (la Magimix par exemple). On peut trouver des produits semi-professionnels ou professionnels dans la marque Nemox (notamment des machines de taille raisonnables). - La turbine de table permet de produire de petites quantités de produit. - La turbine à glace soft permet d'obtenir des glaces dites "à l'italienne", directement à température de dégustation. - Le Pacojet est utilisé en restauration : il permet d'émulsionner une préparation congelée dans un bol. Le résultat est de bonne qualité même s'il ne s'agit pas vraiment d'une turbine à glace. Au cours de son action, le Pacojet va cependant faire augmenter la température de la préparation : il faut donc éviter d'avoir un produit trop souple (le sucrer moins est une solution). - La turbine de comptoir a une capacité identique à celle du Pacojet : elle turbine de la glace en refroidissant et en foisonnant le mélange en 6 minutes. On peut donc turbiner rapidement plusieurs parfums de glace. On s'intéresse ici à du matériel professionnel, plus imposant et coûteux : - Le pasteurisateur permet de réaliser le mix de glace tout en appliquant un cycle de pasteurisation complet (chauffage à 85°C puis refroidissement à 4°C et maturation). On utilise alors une turbine pour glacer le produit aux alentours de -6/-8°C. - On peut aussi recourir à un pasteurisateur et une turbine combinés. - Pour une production industrielle de glace, on peut utiliser des freezers continus qui pompent du mix dans un pasteurisateur et qui vont produire directement du produit. On peut ici régler le foisonnement au plus près du résultat attendu (et ainsi obtenir plus de produit en foisonnant davantage, ce qui n'a cependant pas de grand intérêt gustatif puisque l'air incorporé réduit la puissance des saveurs). LA COMPOSITION DU MIX : Lors de la conservation, l'eau libre va former des cristaux : le produit n'aura alors aucune souplesse, aucune onctuosité. Pour obtenir un bon résultat, il faut alors utiliser les stabilisants et les émulsifiants. Les extraits secs en solution (sucre, ESDL, colorants, alcool, arômes), c'est-à-dire dissous dans un volume d'eau, ont leurs molécules liées à des molécules d'eau, et ne vont donc pas créer de cristaux à la conservation. Il faut cependant utiliser des stabilisants pour stabiliser l'eau libre. Les extraits secs en suspension (matières grasses, pulpe de fruit) doivent être complétés par des émulsifiants pour être liés avec l'eau libre. L'équilibre de la recette : sorbet Déterminer l'équilibre d'un sorbet est relativement abordable. 1) On définit d'abord le pourcentage de fruits désiré, puis on en calcule le poids. Exemple : on veut 60% de fruit dans 10 000 g de préparation, on a donc 6 kg de fruit. 2) On calcule ensuite le taux de sucre contenu dans le fruit (le "brix"). On utilise pour cela un réfractomètre électronique (dont le prix est élevé), ou à visée oculaire (dont le prix est accessible) : on récupère une goutte de fruit mixé, puis on l'analyse avec le réfractomètre. Exemple : ici, la fraise est à 7 ou 8 brix, c'est-à-dire qu'elle contient 7% à 8% de sucre dans son jus. A certains moments de la saison, le brix peut monter à 14%. Pour 6 kg de fruit, on a donc 480g de matière sèche (de sucre) dans la masse totale. 3) On définit maintenant le pourcentage d'EST (extrait sec total). Dans un sorbet, c'est en général principalement du sucre (du fruit et ajoutés), et on le fixe à 30 (30% de sucre total dans la recette finale). Ce pourcentage est défini par l'usage, et est généralement fixé entre 27 et 33 brix. 4) On définit le pourcentage de sucre hors saccharose et le poids correspondant. Il faut aussi choisir quel type de sucre on va utiliser. 5) On définit le pourcentage de stabilisateur : de 0,2% à 0,5% du volume total, en fonction des fruits. Un fruit aqueux va avoir tendance à former des cristaux à la conservation (citrons, agrumes, fruit de la passion, griotte), on va donc ajouter 0,5% de stabilisateur si on utilise ce type de fruit. A l'inverse, un fruit charnu (abricot...) nécessitera moins de stabilisateur. Le pourcentage moyen est de 0,3%. On calcule alors le poids et l'extrait sec correspondant (sur 10 kg de préparation, on en met 200g à 500g). 6) On calcule le poids de saccharose. On déduit des 30% d'EST (3000 g) le poids correspondant des différents sucre, d'extrait sec du stabilisateur et on complète le poids en saccharose. 7) On calcule le poids d'eau : on soustrait aux 10 000 g le poids des sucres le poids de fruits, des différents sucres, de stabilisateur et on complète avec de l'eau. Exercice : On veut 10 000 g de produit. Le pourcentage d'EST désiré est de 30%, soit 3 000 g. On veut 60% de fruit, soit 6 000 g de purée ou jus de fruit. Au réfractomètre, on trouve 8% d'extrait sec, soit 480g. On doit donc compléter nos 3 kg d'EST de 3 000 g - 480 g = 2 520 g de sucres additionnels. Il faut alors choisir quels sucres additionnels on va apporter en fonction de leur pouvoir sucrant. Ici, on veut diminuer la sucrosité de la glace. Le fruit a un pouvoir sucrant de 125% (1,25 fois l'extrait sec, soit 600 de PS). On peut alors apporter du glucose atomisé, qui a un pouvoir sucrant faible (50%), ou du dextrose (70%). Le choix doit aussi être fait en fonction du pouvoir anti-congelant des sucres (le glucose atomisé a un pouvoir anti-congelant (PAC) de 90 contre 190 pour le dextrose). Plus le PAC est élevé, plus la glace sera souple. On choisit ici de combiner les deux produits, et d'apporter 3% de glucose atomisé (soit 300 g de glucose atomisé) et 3% de dextrose (soit 300g de dextrose également). L'EST du glucose atomisé est de 95%, donc son poids est ici de 0,95 * 300 g = 285 g. L'EST du dextrose est de 92%, donc son poids est ici de 0,92 * 300 g = 276 g. On décide de mettre la quantité moyenne de stabilisateur : 0,3%, soit 30 g de stabilisateur. L'EST du stabilisateur est de 100%, et représente donc 30 g. On peut alors calculer le volume de saccharose que l'on doit ajouter, en raisonnant uniquement d'après l'extrait sec. On obtient 10 000 g - 480 g - 285 g - 276 g - 30 g = 1 929 g de saccharose. On obtient également le volume d'eau que l'on doit apporter au mélange, soit 10 000 g - 6 000 g - 300 g - 300 g - 30 g - 1 929 g = 1 441 g d'eau. On a alors une glace avec un pouvoir sucrant de 28,89%, soit un PS inférieur à 30% (on a donc désucré la glace), et un pouvoir anti-congelant de 324,9 (supérieur à 300, donc donnant une glace plus souple). Pour une crème glacée, il faudra prendre en compte l'extrait sec dégraissé du lait, la matière grasse butyrique Mode opératoire 1) Choisir les matières premières 2) Equilibrer la recette 3) Effectuer les pesées (en utilisant une balance précise) 4) Réaliser le mix : a) Tiédir à 45°C les éléments liquides et humides mélangés ensemble à 35°C (eau, solution de pectine, lait, crème, jaunes, beurre fondu, sucre inverti, glucose, sirop...). b) Ajouter (toujours à 45°C) sous forte agitation les éléments secs mélangés ensemble (saccharose, glucose déshydraté, dextrose, fructose, tréhalose, fibres, poudre de lait, stabilisant et émulsifiant...). c) Mixer fortement et pasteuriser à 85°C. d) Ajouter certains arômes et émulsionner au besoin. e) Refroidir rapidement à 4°C. f) Ajouter les purées de fruit, fromages et yaourts... (qui peuvent être sensibles à la température) g) Mixer fortement / homogénéiser. 5) Maturer (pour développer les arômes et terminer la formation du gel dû au stabilisant), dans l'idéal 24 heures 6) Sangler / glacer / turbiner (passage d'une température positive à une température négative : le mix devient alors glace) 7) Surgeler rapidement (pour limiter la formation de cristaux de glace) 8) Stocker au froid à -18°C 9) Servir (dans l'idéal entre -10°C et -16°C selon le produit) Le cycle de pasteurisation Il commence à une température de 4°C (température de stockage du lait par exemple). On porte à 45°C (température d'ajout des éléments secs). On porte à 85°C pendant 10 à 15 minutes. On refroidit rapidement à 4°C pour éviter la zone critique entre 15°C et 45°C où les bactéries mésophiles peuvent se développer. On mature en-dessous de 4°C. Le foisonnement On incorpore le mix dans la turbine à 4°C. Il va se transformer en glace entre -4°C et -6°C : on arrête le foisonnement à ce moment. Si la machine tourne plus longtemps, on risque de perdre le foisonnement à des températures trop basses. Les températures entre 4°C et -4°C sont les plus propices à l'incorporation d'air. Taux de foisonnement = ((poids 1L de mix - poids 1L de glace) / poids 1L de glace) * 100 Le taux de foisonnement est entre 30% et 40% pour les sorbets, et entre 50% et 70% pour des crèmes glacées. En fonction de l'EST, du taux de matières grasses, la glace va avoir un poids différent et va donc affecter le taux de foisonnement. Le point de congélation de l'eau Il est important de surgeler rapidement la préparation qui sort de la turbine. En effet, à une température de -5°C/-10°C (température de la glace en sortie de turbine), on va avoir entre 48% et 70% d'eau congelée. Pour éviter la formation de cristaux à partir de l'eau libre, il faut congeler à cœur le plus vite possible (à -20°C, on a 87% d'eau congelée, ou 90% à -25°C). On aura donc une meilleure conservation du produit.
    voila chef
    Les Astuces du Chef :
    Vocabulaire de la glace : Mix : préparation non turbinée à base de tous les ingrédients composant la glace Glace : mix turbiné, foisonné EST : Extrait Sec Total (ensemble des ingrédients secs qui composent le produit) ESDL : Extrait Sec Dégraissé du Lait (matière sèche contenue dans le lait en-dehors de la matière grasse) MGB : Matière Grasse Butyrique (matière grasse relative au lait et à ses dérivés : crème, beurre...) MGT : Matière Grasse Totale (matière grasse butyrique + toutes les autres matières grasses d'origine non animale) PSR ou TS : Pouvoir Sucrant Relatif ou Taux Sucrant (sensation sucrée ressentie à la dégustation) PAC : Pouvoir Anti-Congelant (permet de déterminer la texture du produit congelé et à quelle température idéale le servir) La crème glacée est une appellation réglementée qui suppose un taux de matières grasses bien défini. Aujourd'hui, on utilise majoritairement des jaunes d'œuf pasteurisés en bouteille pour des raisons d'hygiène et de praticité. Cependant, les jaunes sous cette forme n'ont aucun intérêt gustatif. Si on veut retrouver le goût de l'œuf, il faut sélectionner des œufs de qualité. L'indice 100 du pouvoir sucrant correspond au saccharose. On peut fabriquer sa propre pectine à partir d'albédo, la peau blanche sous la première peau du citron, ou de peau de pomme et de trognons. On calcule souvent le poids d'une recette sur 10 000 g, ce qui permet d'éviter les virgules et d'avoir des quantités claires et faciles à calculer. La température de vitrine est aux alentours de -14°C. Il est nécessaire d'avoir une balance très précise car de faibles variations des quantités peuvent affecter le résultat final.
    Vocabulaire de la glace : Mix : préparation non turbinée à base de tous les ingrédients composant la glace Glace : mix turbiné, foisonné EST : Extrait Sec Total (ensemble des ingrédients secs qui composent le produit) ESDL : Extrait Sec Dégraissé du Lait (matière sèche contenue dans le lait en-dehors de la matière grasse) MGB : Matière Grasse Butyrique (matière grasse relative au lait et à ses dérivés : crème, beurre...) MGT : Matière Grasse Totale (matière grasse butyrique + toutes les autres matières grasses d'origine non animale) PSR ou TS : Pouvoir Sucrant Relatif ou Taux Sucrant (sensation sucrée ressentie à la dégustation) PAC : Pouvoir Anti-Congelant (permet de déterminer la texture du produit congelé et à quelle température idéale le servir) La crème glacée est une appellation réglementée qui suppose un taux de matières grasses bien défini. Aujourd'hui, on utilise majoritairement des jaunes d'œuf pasteurisés en bouteille pour des raisons d'hygiène et de praticité. Cependant, les jaunes sous cette forme n'ont aucun intérêt gustatif. Si on veut retrouver le goût de l'œuf, il faut sélectionner des œufs de qualité. L'indice 100 du pouvoir sucrant correspond au saccharose. On peut fabriquer sa propre pectine à partir d'albédo, la peau blanche sous la première peau du citron, ou de peau de pomme et de trognons. On calcule souvent le poids d'une recette sur 10 000 g, ce qui permet d'éviter les virgules et d'avoir des quantités claires et faciles à calculer. La température de vitrine est aux alentours de -14°C. Il est nécessaire d'avoir une balance très précise car de faibles variations des quantités peuvent affecter le résultat final.
    voila chef
    2. Solution de pectine 5:00
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Réaliser un stabilisant naturel pour glaces
  • Pasteuriser un appareil
  • Ingrédients :

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95

    voila chef
    Réalisation :
    Dans la cuve d'un mixeur cuiseur, mettre l'eau et la pectine. Mixer à vitesse élevée. Faire cuire pendant 15 minutes à 85°C tout en maintenant un mélange faible pendant la cuisson. Débarrasser dans un contenant hermétiquement fermé. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures afin de laisser maturer. La pectine doit avoir formé un gel épais et onctueux.
    Dans la cuve d'un mixeur cuiseur, mettre l'eau et la pectine. Mixer à vitesse élevée. Faire cuire pendant 15 minutes à 85°C tout en maintenant un mélange faible pendant la cuisson. Débarrasser dans un contenant hermétiquement fermé. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures afin de laisser maturer. La pectine doit avoir formé un gel épais et onctueux.
    voila chef
    Les Astuces du Chef :

    La pectine est un produit naturel d'origine végétale.

    On peut conserver cette solution au froid à +4°C une semaine maximum.
    Au-delà de 5 jours, elle va perdre en efficacité et se liquéfier : il faudra alors en utiliser davantage pour obtenir le même résultat.

    Cette solution remplace le stabilisant utilisé d'ordinaire dans les glaces ainsi qu'une partie de l'eau.

    Les 15 minutes correspondent au cycle de pasteurisation classique d'une crème glacée. Lors de la montée en température, les stabilisants vont gonfler et former un gel.

    La pectine 3256NH95 est idéale car elle réagit aux fruits doux, aux fruits acides ainsi qu'au calcium. On peut donc l'utiliser dans des crèmes glacées comme dans des sorbets.

    On peut aussi réaliser cette solution au pasteurisateur, ou à la casserole en fouettant au départ pour homogénéiser puis en mixant au mixeur plongeant pendant la cuisson.
    Il est important que l'eau soit toujours en mouvement.

    On laisse toujours les stabilisateurs maturer 24 heures pour qu'ils puissent agir de manière optimale.

    La pectine est un produit naturel d'origine végétale.

    On peut conserver cette solution au froid à +4°C une semaine maximum.
    Au-delà de 5 jours, elle va perdre en efficacité et se liquéfier : il faudra alors en utiliser davantage pour obtenir le même résultat.

    Cette solution remplace le stabilisant utilisé d'ordinaire dans les glaces ainsi qu'une partie de l'eau.

    Les 15 minutes correspondent au cycle de pasteurisation classique d'une crème glacée. Lors de la montée en température, les stabilisants vont gonfler et former un gel.

    La pectine 3256NH95 est idéale car elle réagit aux fruits doux, aux fruits acides ainsi qu'au calcium. On peut donc l'utiliser dans des crèmes glacées comme dans des sorbets.

    On peut aussi réaliser cette solution au pasteurisateur, ou à la casserole en fouettant au départ pour homogénéiser puis en mixant au mixeur plongeant pendant la cuisson.
    Il est important que l'eau soit toujours en mouvement.

    On laisse toujours les stabilisateurs maturer 24 heures pour qu'ils puissent agir de manière optimale.

    voila chef
    3. Glace à la fraise de Mémé 9:39
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Réaliser une glace
  • Turbiner une préparation
  • Mixer au mixeur plongeant
  • Ingrédients :
    Pour 1,5 kg de mix : 140 g de crème entière liquide 60 g de solution de pectine 215 g de sucre 1 000 g de fraises fraîches 30 g de jus de citron
    Pour 1,5 kg de mix : 140 g de crème entière liquide 60 g de solution de pectine 215 g de sucre 1 000 g de fraises fraîches 30 g de jus de citron
    voila chef
    Réalisation :
    Informations professionnelles : 67% fruit - EST 28% - MG 3,2% - TS 28,5% Mélange Mettre les fraises dans la cuve d'un robot ménager. Ajouter le sucre et le jus de citron. Mixer jusqu'à obtenir une purée de fruit homogène, pendant environ 30 secondes. Ajouter la pectine ainsi que la crème liquide. Mixer de nouveau pendant 30 secondes. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 67% fruit - EST 28% - MG 3,2% - TS 28,5% Mélange Mettre les fraises dans la cuve d'un robot ménager. Ajouter le sucre et le jus de citron. Mixer jusqu'à obtenir une purée de fruit homogène, pendant environ 30 secondes. Ajouter la pectine ainsi que la crème liquide. Mixer de nouveau pendant 30 secondes. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef :
    La solution de pectine va éviter la formation de cristaux de glace lors de la congélation en stabilisant l'eau libre. Pour la laisser agir, il faut laisser maturer le mix pendant 24 heures. La crème va apporter de la longueur en bouche, de l'onctuosité et faciliter le foisonnement. Il n'est pas nécessaire de cuire cette glace car la pectine a déjà été chauffée en amont. On peut également réaliser cette préparation avec un blender ou un mixeur plongeant, mais le résultat obtenu avec un robot ménager sera plus fin. Cette glace n'est pas considérée comme un sorbet en raison de l'ajout de matière grasse (crème liquide).
    La solution de pectine va éviter la formation de cristaux de glace lors de la congélation en stabilisant l'eau libre. Pour la laisser agir, il faut laisser maturer le mix pendant 24 heures. La crème va apporter de la longueur en bouche, de l'onctuosité et faciliter le foisonnement. Il n'est pas nécessaire de cuire cette glace car la pectine a déjà été chauffée en amont. On peut également réaliser cette préparation avec un blender ou un mixeur plongeant, mais le résultat obtenu avec un robot ménager sera plus fin. Cette glace n'est pas considérée comme un sorbet en raison de l'ajout de matière grasse (crème liquide).
    voila chef
    4. Sorbet plein fruit à la poire et au bleu d'Auvergne 12:43
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Réaliser un sorbet
  • Turbiner une préparation
  • Pasteuriser un appareil
  • Ingrédients :
    Pour 1,8 kg de mix : 180 g d'eau 110 g de solution de pectine (6%, soit 0,3% de pectine) 100 g de sucre inverti 135 g de sucre 35 g de fibres (inuline) 1000 g de purée de poire sucrée 10% 275 g de fromage bleu d'Auvergne
    Pour 1,8 kg de mix : 180 g d'eau 110 g de solution de pectine (6%, soit 0,3% de pectine) 100 g de sucre inverti 135 g de sucre 35 g de fibres (inuline) 1000 g de purée de poire sucrée 10% 275 g de fromage bleu d'Auvergne
    voila chef
    Réalisation :
    Informations professionnelles : 70% arôme (55% de fruit / 15% de fromage) - EST 34,2% - MG 4,3% - TS 26% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre l'eau, la solution de pectine et le sucre inverti. Chauffer à 45°C en mixant légèrement. En parallèle, mélanger les éléments secs : le sucre et les fibres. A 45°C, ajouter les éléments secs dans le liquide chaud. Chauffer à 85°C pour pasteuriser la préparation, tout en mixant pour homogénéiser. A 85°C, incorporer le fromage. Mixer de nouveau pendant environ 30 secondes. Mettre la cuve du robot ménager au froid à +4°C jusqu'au refroidissement du mélange. Une fois la préparation refroidie, ajouter la purée de poire dans la cuve du robot ménager. Mixer pour homogénéiser. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 70% arôme (55% de fruit / 15% de fromage) - EST 34,2% - MG 4,3% - TS 26% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre l'eau, la solution de pectine et le sucre inverti. Chauffer à 45°C en mixant légèrement. En parallèle, mélanger les éléments secs : le sucre et les fibres. A 45°C, ajouter les éléments secs dans le liquide chaud. Chauffer à 85°C pour pasteuriser la préparation, tout en mixant pour homogénéiser. A 85°C, incorporer le fromage. Mixer de nouveau pendant environ 30 secondes. Mettre la cuve du robot ménager au froid à +4°C jusqu'au refroidissement du mélange. Une fois la préparation refroidie, ajouter la purée de poire dans la cuve du robot ménager. Mixer pour homogénéiser. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef :
    On peut aussi réaliser cette recette avec une casserole, un thermomètre et un fouet. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final, surtout pour une préparation peu riche en matières grasses. On ajouter le fromage à 85°C car il contient de la matière grasse : la température élevée permettra alors d'homogénéiser la préparation. La solution de pectine réagit au calcium, donc au fromage. On peut homogénéiser au mixeur plongeant si on n'a pas de robot ménager. Le mixage permet de casser les molécules de gras, donc de favoriser le foisonnement de la glace. On peut remplacer la purée de poire par des poires fraîches mixées à condition d'en vérifier la teneur en sucre et de maintenir l'équilibre de la recette. Le temps de maturation idéal est de 24 heures, mais il est possible de turbiner après 1H de maturation : cependant, le résultat sera de moins bonne qualité. Il est toujours important d'homogénéiser la préparation en mixant de nouveau la préparation avant le turbinage. Lors du stockage du produit, il est important de tasser la glace et d'éviter les bulles d'air : elles favorisent la formation de cristaux de glace. Plus le refroidissement de la préparation est rapide, moins les gouttes d'eau libre vont congeler rapidement : on évite ainsi la formation de cristaux (d'où l'intérêt de recourir à la surgélation si possible).
    On peut aussi réaliser cette recette avec une casserole, un thermomètre et un fouet. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final, surtout pour une préparation peu riche en matières grasses. On ajouter le fromage à 85°C car il contient de la matière grasse : la température élevée permettra alors d'homogénéiser la préparation. La solution de pectine réagit au calcium, donc au fromage. On peut homogénéiser au mixeur plongeant si on n'a pas de robot ménager. Le mixage permet de casser les molécules de gras, donc de favoriser le foisonnement de la glace. On peut remplacer la purée de poire par des poires fraîches mixées à condition d'en vérifier la teneur en sucre et de maintenir l'équilibre de la recette. Le temps de maturation idéal est de 24 heures, mais il est possible de turbiner après 1H de maturation : cependant, le résultat sera de moins bonne qualité. Il est toujours important d'homogénéiser la préparation en mixant de nouveau la préparation avant le turbinage. Lors du stockage du produit, il est important de tasser la glace et d'éviter les bulles d'air : elles favorisent la formation de cristaux de glace. Plus le refroidissement de la préparation est rapide, moins les gouttes d'eau libre vont congeler rapidement : on évite ainsi la formation de cristaux (d'où l'intérêt de recourir à la surgélation si possible).
    voila chef
    5. Granola au quinoa soufflé 4:59
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Réaliser un granola
  • Ingrédients :
    50 g de flocons d'avoine 50 g de quinoa soufflé 50 g de pistaches hachées 50 g de noix de pécan 50 g de amandes bâtonnet 100 g de miel 50 g de sirop d’érable
    50 g de flocons d'avoine 50 g de quinoa soufflé 50 g de pistaches hachées 50 g de noix de pécan 50 g de amandes bâtonnet 100 g de miel 50 g de sirop d’érable
    voila chef
    Réalisation :
    Réalisation du granola Dans une casserole, mettre le miel et le sirop d'érable. Porter à ébullition pour liquéfier les produits. Ajouter les fruits secs. Mélanger pour bien les enrober. Ajouter les céréales et mélanger de nouveau. Cuisson Verser la préparation sur une feuille de cuisson siliconée et l'étaler de manière uniforme. Cuire au four ventilé à 180°C 10 à 15 minutes, jusqu'à coloration. Laisser refroidir à température ambiante et réserver.
    Réalisation du granola Dans une casserole, mettre le miel et le sirop d'érable. Porter à ébullition pour liquéfier les produits. Ajouter les fruits secs. Mélanger pour bien les enrober. Ajouter les céréales et mélanger de nouveau. Cuisson Verser la préparation sur une feuille de cuisson siliconée et l'étaler de manière uniforme. Cuire au four ventilé à 180°C 10 à 15 minutes, jusqu'à coloration. Laisser refroidir à température ambiante et réserver.
    voila chef
    Les Astuces du Chef :
    Il existe du miel vegan fabriqué à partir de sirop de sucre, qui n'en a pas vraiment le goût mais qui va tout de même permettre de lier la préparation. Le sirop d'érable va apporter un parfum particulier à la préparation. On peut utiliser d'autres fruits secs ou céréales, ou remplacer le quinoa soufflé par du riz soufflé par exemple. Mélanger délicatement le quinoa soufflé : c'est un produite léger qui peut facilement s'échapper hors de la casserole. Ce granola va apporter de la texture à la glace amande. Pendant la cuisson, on peut régulièrement mélanger la préparation pour permettre une cuisson uniforme.
    Il existe du miel vegan fabriqué à partir de sirop de sucre, qui n'en a pas vraiment le goût mais qui va tout de même permettre de lier la préparation. Le sirop d'érable va apporter un parfum particulier à la préparation. On peut utiliser d'autres fruits secs ou céréales, ou remplacer le quinoa soufflé par du riz soufflé par exemple. Mélanger délicatement le quinoa soufflé : c'est un produite léger qui peut facilement s'échapper hors de la casserole. Ce granola va apporter de la texture à la glace amande. Pendant la cuisson, on peut régulièrement mélanger la préparation pour permettre une cuisson uniforme.
    voila chef
    6. Glace vegan à l'amande 17:02
    voila chefContenu réservé aux membresvoila chef
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES :

  • Mixer au mixeur plongeant
  • Réaliser une glace vegan
  • Réaliser une émulsion
  • Turbiner une préparation
  • Pasteuriser un appareil
  • Ingrédients :
    Pour 1,7 kg de mix 1 000 g de lait d'amande 140 g de solution de pectine 100 g de sucre inverti 200 g de sucre 60 g de fructose 60 g de fibres (inuline) 180 g de pure pâte d'amande
    Pour 1,7 kg de mix 1 000 g de lait d'amande 140 g de solution de pectine 100 g de sucre inverti 200 g de sucre 60 g de fructose 60 g de fibres (inuline) 180 g de pure pâte d'amande
    voila chef
    Réalisation :
    Informations professionnelles : 10% arôme - EST 34,5% - MG 6% - TS 21% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre la boisson au lait d'amande, la solution de pectine maturée, le sucre inverti, ainsi que le sucre, le fructose et les fibres. Commencer à pasteuriser le mélange : chauffer à une température de 65°C en mixant assez rapidement pour homogénéiser l'ensemble de la préparation. Une fois la température atteinte, verser une petite quantité de liquide chaud sur la pâte d'amande. Emulsionner en mélangeant à la maryse jusqu'à obtenir une texture lisse et nappante. Rajouter un peu de liquide si nécessaire. Verser l'émulsion dans le robot avec le reste du liquide. Terminer la pasteurisation : mixer rapidement pour émulsionner l'ensemble du mélanger, puis continuer le mixage doucement tout en chauffant à 85°C. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Lorsque la glace est presque prise, ajouter le granola au quinoa soufflé en le versant dans la turbine (en garder une petite partie pour la finition). Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Cette étape va permettre de mélanger davantage le granola. Ajouter le reste du granola sur le dessus de la glace pour décorer. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 10% arôme - EST 34,5% - MG 6% - TS 21% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre la boisson au lait d'amande, la solution de pectine maturée, le sucre inverti, ainsi que le sucre, le fructose et les fibres. Commencer à pasteuriser le mélange : chauffer à une température de 65°C en mixant assez rapidement pour homogénéiser l'ensemble de la préparation. Une fois la température atteinte, verser une petite quantité de liquide chaud sur la pâte d'amande. Emulsionner en mélangeant à la maryse jusqu'à obtenir une texture lisse et nappante. Rajouter un peu de liquide si nécessaire. Verser l'émulsion dans le robot avec le reste du liquide. Terminer la pasteurisation : mixer rapidement pour émulsionner l'ensemble du mélanger, puis continuer le mixage doucement tout en chauffant à 85°C. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Lorsque la glace est presque prise, ajouter le granola au quinoa soufflé en le versant dans la turbine (en garder une petite partie pour la finition). Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Cette étape va permettre de mélanger davantage le granola. Ajouter le reste du granola sur le dessus de la glace pour décorer. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef :
    La pâte d'amande utilisée est constituée d'amandes broyées non-toastées, ce qui lui donne une couleur très claire et un goût d'amande fraîche. On peut remplacer le sucre inverti en partie par du sucre et en partie par du fructose. Il sert à apporter de la texture à la glace en limitant la cristallisation. On peut remplacer le fructose par du sucre ou du sucre inverti. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final. L'inuline va apporter de la texture au contact de l'eau et remplacer du sucre et de la matière grasse. En effet, comme il s'agit d'une glace vegan, il faut compenser l'absence de matières grasses butyriques. On peut utiliser tout aussi bien une boisson au lait d'amande ou au lait d'avoine. L'émulsion de la pâte d'amande va donner la texture finale de la glace : si elle n'est pas parfaite, l'ensemble ne sera pas homogène. On peut remplacer la pâte d'amande par n'importe quelle pâte de fruit sec, à condition de garder un produit à 100% de fruits secs. Autrement, il faudra revoir l'équilibre de la recette (ici à 10% d'arôme amande, soit 5,5% de matière grasse totale). Si on réalise cette étape dans une casserole, on peut utiliser un mixeur plongeant. Lorsqu'on ajoute une garniture (fruits secs, céréales, pépites de chocolat) dans une recette, on ajoute 10% du poids total de la masse. Si on ajoute une garniture plus liquide (un coulis, un caramel), on ajoute 5% du poids total. On peut agrémenter cette glace d'un coulis de fruits rouges, ou de sirop d'érable. Pour réaliser des quenelles de glace, penser à chauffer la cuillère dans de l'eau chaude puis à bien l'essuyer entre chaque portion pour éviter de rajouter de l'eau dans la préparation.
    La pâte d'amande utilisée est constituée d'amandes broyées non-toastées, ce qui lui donne une couleur très claire et un goût d'amande fraîche. On peut remplacer le sucre inverti en partie par du sucre et en partie par du fructose. Il sert à apporter de la texture à la glace en limitant la cristallisation. On peut remplacer le fructose par du sucre ou du sucre inverti. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final. L'inuline va apporter de la texture au contact de l'eau et remplacer du sucre et de la matière grasse. En effet, comme il s'agit d'une glace vegan, il faut compenser l'absence de matières grasses butyriques. On peut utiliser tout aussi bien une boisson au lait d'amande ou au lait d'avoine. L'émulsion de la pâte d'amande va donner la texture finale de la glace : si elle n'est pas parfaite, l'ensemble ne sera pas homogène. On peut remplacer la pâte d'amande par n'importe quelle pâte de fruit sec, à condition de garder un produit à 100% de fruits secs. Autrement, il faudra revoir l'équilibre de la recette (ici à 10% d'arôme amande, soit 5,5% de matière grasse totale). Si on réalise cette étape dans une casserole, on peut utiliser un mixeur plongeant. Lorsqu'on ajoute une garniture (fruits secs, céréales, pépites de chocolat) dans une recette, on ajoute 10% du poids total de la masse. Si on ajoute une garniture plus liquide (un coulis, un caramel), on ajoute 5% du poids total. On peut agrémenter cette glace d'un coulis de fruits rouges, ou de sirop d'érable. Pour réaliser des quenelles de glace, penser à chauffer la cuillère dans de l'eau chaude puis à bien l'essuyer entre chaque portion pour éviter de rajouter de l'eau dans la préparation.
    voila chef
    Et VOILA CHEF, c’est à vous de jouer !
    1. Technologie de la glace
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:
    voila chef
    Réalisation:
    La qualité de la glace dépend de nombreux paramètres. En premier lieu les objectifs : attentes de la clientèle, situation géographique, conditions climatiques, contexte économique Ainsi, en été par exemple, on privilégiera des glaces plus fermes et plus froides. Puis ensuite, on doit prendre en compte : - le choix des ingrédients - le type de matériel - la composition du mix - l'équilibre de la recette - le mode opératoire - la formation du personnel LE CHOIX DES INGREDIENTS L'élément de base est l'eau pour les sorbets ou le lait pour les crèmes glacées. Généralement, les recettes sont établies sur une base de lait entier, car il contient des protéines, du lactose, et des matières grasses butyriques naturellement homogénéisés dans le produit. Il ne sera donc pas nécessaire d'ajouter trop d'autres produits pour enrichir la glace. L'utilisation de lait cru permet d'avoir un résultat gustatif supérieur. Si on utilise de l'eau et qu'elle a un goût particulier, ce goût sera amplifié par le froid. Ce peut être le cas de l'eau du robinet ou des eaux minérales. L'idéal est d'utiliser de l'eau de source. LES MATIERES ANIMALES Les matières grasses : beurre, crème... Elles vont apporter du corps ou du crémeux. Le beurre va apporter de la fermeté à la glace. La crème, elle, a un pouvoir d'homogénéisation et va permettre d'incorporer de l'air plus facilement, donc augmenter le foisonnement de la glace, ce qui lui donnera plus de souplesse. Le choix de ces produits peut également jouer sur le goût : une crème crue par exemple a un intérêt gustatif indéniable. La matière grasse va également servir de support aromatique, et fixer les saveurs de la glace. Elle va aussi développer ces saveurs lors de la maturation, d'où l'importance du temps de maturation de la glace. La poudre de lait Elle contient du lactose et des protéines laitières (environ 50% chacun). C'est une source d'extrait sec dégraissé du lait (ESDL). Elle va améliorer le foisonnement et la structure des glaces. La protéine laitière améliore le foisonnement. Le lactose stabilise l'eau libre qui forme les cristaux de glace que l'on souhaite éviter dans une glace de qualité. Il a une capacité d'absorption de 10 fois son poids en eau. 100g de poudre de lait (donc 50 g de lactose) peut donc absorber 500 g d'eau. On l'utilise donc pour limiter la cristallisation et la fonte des glaces. Si on en utilise trop, il peut cristalliser lors de la conservation, ce qui donnera une texture sableuse désagréable en bouche. Les œufs Le jaune d'œuf a une forte teneur en lécithine, un émulsifiant naturel qui permet de faire la liaison entre l'eau et la matière grasse. Il permet d'avoir un bon foisonnement et une texture agréable. Il a été progressivement remplacé par des émulsifiants industriels après les années 50, mais on recommence à l'utiliser dans les recettes de crèmes glacées. LES SUCRES Le saccharose (le sucre) C'est l'élément sucrant principal. Il développe les arômes, joue un rôle primordial sur la texture de la glace, va abaisser le point de congélation et réduire l'apparition de cristaux de glace. Il est difficilement remplaçable en totalité ; du moins il faut éviter de le remplacer à plus de 50% par d'autres sucres qui pourraient avoir des propriétés technologiques différentes. Le sucre inverti et le miel Le sucre inverti est obtenu à partir de l'hydrolyse totale du saccharose. Le miel est un produit naturel qui possède des propriétés similaires à celles du sucre inverti. Ils peuvent être utilisés pour remplacer l'un ou l'autre. On peut fabriquer du sucre inverti à la maison : il faut chauffer du sucre avec un acide (du jus de citron par exemple) dans de l'eau. L'acidité va rompre les molécules du saccharose pour donner un produit aux caractéristiques différentes. Le sucre inverti a ainsi un pouvoir sucrant et anti-congelant plus élevé. Il peut donc être utilisé pour assouplir les glaces. Ces sucres vont également capter l'eau libre et réduire la formation de cristaux de glace. Les glucoses et le dextrose Ils proviennent d'une hydrolyse d'un amidon (de blé, de maïs...). On va couper les chaînes de molécule de glucose : au fil de ce processus, on va obtenir plusieurs produits, avec pour produit final le dextrose. C'est une molécule de glucose unique (on a coupé toute la chaîne de molécule d'amidon). Au cours du processus, on peut ainsi obtenir : - des maltodextrines : c'est le premier produit obtenu par hydrolyse (on doit avoir un dextrose équivalent < 20 (DE < 20) ). Son pouvoir sucrant est faible et permet de réduire le goût sucré de la glace. Sa capacité hygroscopique est importante (elle va absorber l'eau très facilement), et elle apporte principalement de l'extrait sec. - des glucoses : à faible DE (entre 21 et 50), ou à fort DE (entre 50 et 99,5). Ils ont un pouvoir sucré plus important que la maltodextrine, mais toujours inférieur à 100. Ils ont aussi un effet anti-cristallisant et apportent de l'extrait sec. Ils vont enfin apporter une sensation de fraîcheur à la dégustation, il faut donc les utiliser avec parcimonie car cette sensation peut être désagréable dans une glace déjà froide. - le dextrose : c'est une molécule de glucose seule. Il a un pouvoir sucrant légèrement inférieur à celui du saccharose, est très hygroscopique et a un pouvoir anti-congelant très élevé. Il apporte aussi de l'extrait sec car il est généralement utilisé sous forme de poudre. Le fructose C'est un sucre extrait des fruits. C'est donc un produit naturel, assimilé très facilement par l'organisme. Il est parfois utilisé pour alléger en sucre une préparation car son pouvoir sucrant est très élevé (1,5 à 2 fois celui du saccharose) : on peut donc en utiliser moins de sucre pour le même résultat gustatif. Il faut toutefois conserver un minimum de matière sèche, donc ne pas remplacer tout le saccharose. Son utilisation est rare et spécifique. Le tréhalose C'est une alternative au saccharose, beaucoup utilisée par les glaciers italiens. Il provient d'un amidon et est constitué de deux molécules de glucose. Il a des propriétés identiques au saccharose, à l'exception de son pouvoir sucrant qui est deux fois moins élevé. Il est très hygroscopique et réduit la formation de cristaux lors de la conservation. Son prix est cependant assez élevé. Résumé des sucres : Saccharose : pouvoir sucrant 100, pouvoir anti-congelant 100 Tréhalose : pouvoir sucrant 45, pouvoir anti-congelant 100 Sucre inverti : pouvoir sucrant 130, pouvoir anti-congelant 190 Fructose : pouvoir sucrant 170, pouvoir anti-congelant 190 Miel : pouvoir sucrant 120/130, pouvoir anti-congelant 190 Dextrose : pouvoir sucrant 74, pouvoir anti-congelant 190 Glucose 60DE : pouvoir sucrant 68, pouvoir anti-congelant 115 Glucose 40DE : pouvoir sucrant 48, pouvoir anti-congelant 80 Glucose 21DE : pouvoir sucrant 23, pouvoir anti-congelant 38 Maltodextrine 5/19DE: pouvoir sucrant 5/10, pouvoir anti-congelant 10/19 Si on veut une glace moins sucrée : on utilise le tréhalose Si on veut une texture plus souple : on utilise le sucre inverti, le fructose, le miel ou le dextrose car ils ont un fort PAC. La glace est le résultat d'un équilibre entre ces différents sucres. LES STABILISANTS Ce sont généralement des produits naturels, mais ils sont classés selon le codex des additifs. Chaque produit a des propriétés différentes : on trouve des stabilisants, des émulsifiants, des épaississants, des gélifiants... Ils réagissent différemment selon les produits avec lesquels ils sont utilisés. On les utilise en très petite quantité : entre 0,2% et 0,5% de la recette. Les stabilisants Ils sont utilisés car : - ils facilitent l'incorporation de l'air et limitent la formation de cristaux - ils améliorent le corps et la texture de la glace - ils préviennent la fonte à la dégustation - ils permettent une meilleure conservation Les émulsifiants Ils sont utilisés car : - ils participent à la dispersion des molécules de matière grasse - ils améliorent l'incorporation de l'air - ils donnent une texture plus fine et souple - ils préviennent la fonte rapide lors du service Ils ne sont pas indispensables si on utilise assez de jaunes d'œufs. Il faut cependant bien homogénéiser le mélange au mixeur pour bien émulsionner. exemples : le E471, le STAB 2000, la lécithine de soja ou de tournesol Les fibres Elles peuvent remplacer le saccharose et ont un indice glycémique plus bas que le sucre. Elles ne sont pas assimilées par l'organisme donc s'éliminent facilement. Elles donnent une texture crémeuse et huileuse à la préparation, ce qui permet de diminuer le taux de matière grasse tout en gardant une texture de glace similaire. Son utilisation se limite à 3-4% du volume de la préparation : autrement la texture va devenir caoutchouteuse. LES FRUITS On peut les utiliser frais, en jus ou entiers, ou en purée (sucrées ou non, aseptiques, réfrigérées, surgelées...). Pour une utilisation régulière en boutique, tout au long de l'année, on privilégiera ainsi les purées, facilement accessibles. Les fruits frais permettront cependant d'avoir un meilleur résultat sur le plan gustatif. La teneur en sucre d'un fruit varie en fonction de son mûrissement ou du moment de la saison : il peut donc être difficile de doser le sucre quand on utilise des fruits frais. On peut mélanger du fruit frais et de la purée pour bénéficier des avantages des deux types de produits. LES CHOCOLATS A l'origine, la fève de cacao contient en moyenne 50% de cacao sec et 50% de matière grasse. Lorsqu'on utilise de la pâte de cacao, on obtiendra donc ce rapport. La poudre de cacao est un produit dégraissé, elle contient donc très peu de matière grasse. Utilisée dans les glaces, elle peut donner un goût un peu râpeux. Le chocolat de couverture se compose d'une partie de cacao sec, de beurre de cacao, de sucre et d'un peu de lécithine. Il est enrichi en matière grasse. Le P125 80% se compose à 46% de cacao sec (quasiment autant que la pâte de cacao), de 36% de matière grasse (c'est donc un produit dégraissé) et de 20% de sucre. La matière grasse végétale (beurre de cacao) que l'on trouve dans le chocolat n'est pas très intéressante dans la fabrication des glaces, car sa température de fonte est différente de celle de la matière grasse butyrique. Le P125 80% est donc adapté à la fabrication de la glace en raison de sa moindre teneur en matière grasse. On peut équilibrer entre un chocolat de couverture, et de la pâte de cacao ou de la poudre de cacao pour avoir la proportion de cacao sec voulue sans ajouter trop de matière grasse. LES FRUITS SECS Ils se composent principalement de de matière sèche et de matière grasse. On peut les utiliser bruts, les torréfier pour leur donner de nouveaux arômes, ou les transformer en praliné. LE MATERIEL : Il existe tout type de turbines, dont des turbines ménagères (la Magimix par exemple). On peut trouver des produits semi-professionnels ou professionnels dans la marque Nemox (notamment des machines de taille raisonnables). - La turbine de table permet de produire de petites quantités de produit. - La turbine à glace soft permet d'obtenir des glaces dites "à l'italienne", directement à température de dégustation. - Le Pacojet est utilisé en restauration : il permet d'émulsionner une préparation congelée dans un bol. Le résultat est de bonne qualité même s'il ne s'agit pas vraiment d'une turbine à glace. Au cours de son action, le Pacojet va cependant faire augmenter la température de la préparation : il faut donc éviter d'avoir un produit trop souple (le sucrer moins est une solution). - La turbine de comptoir a une capacité identique à celle du Pacojet : elle turbine de la glace en refroidissant et en foisonnant le mélange en 6 minutes. On peut donc turbiner rapidement plusieurs parfums de glace. On s'intéresse ici à du matériel professionnel, plus imposant et coûteux : - Le pasteurisateur permet de réaliser le mix de glace tout en appliquant un cycle de pasteurisation complet (chauffage à 85°C puis refroidissement à 4°C et maturation). On utilise alors une turbine pour glacer le produit aux alentours de -6/-8°C. - On peut aussi recourir à un pasteurisateur et une turbine combinés. - Pour une production industrielle de glace, on peut utiliser des freezers continus qui pompent du mix dans un pasteurisateur et qui vont produire directement du produit. On peut ici régler le foisonnement au plus près du résultat attendu (et ainsi obtenir plus de produit en foisonnant davantage, ce qui n'a cependant pas de grand intérêt gustatif puisque l'air incorporé réduit la puissance des saveurs). LA COMPOSITION DU MIX : Lors de la conservation, l'eau libre va former des cristaux : le produit n'aura alors aucune souplesse, aucune onctuosité. Pour obtenir un bon résultat, il faut alors utiliser les stabilisants et les émulsifiants. Les extraits secs en solution (sucre, ESDL, colorants, alcool, arômes), c'est-à-dire dissous dans un volume d'eau, ont leurs molécules liées à des molécules d'eau, et ne vont donc pas créer de cristaux à la conservation. Il faut cependant utiliser des stabilisants pour stabiliser l'eau libre. Les extraits secs en suspension (matières grasses, pulpe de fruit) doivent être complétés par des émulsifiants pour être liés avec l'eau libre. L'équilibre de la recette : sorbet Déterminer l'équilibre d'un sorbet est relativement abordable. 1) On définit d'abord le pourcentage de fruits désiré, puis on en calcule le poids. Exemple : on veut 60% de fruit dans 10 000 g de préparation, on a donc 6 kg de fruit. 2) On calcule ensuite le taux de sucre contenu dans le fruit (le "brix"). On utilise pour cela un réfractomètre électronique (dont le prix est élevé), ou à visée oculaire (dont le prix est accessible) : on récupère une goutte de fruit mixé, puis on l'analyse avec le réfractomètre. Exemple : ici, la fraise est à 7 ou 8 brix, c'est-à-dire qu'elle contient 7% à 8% de sucre dans son jus. A certains moments de la saison, le brix peut monter à 14%. Pour 6 kg de fruit, on a donc 480g de matière sèche (de sucre) dans la masse totale. 3) On définit maintenant le pourcentage d'EST (extrait sec total). Dans un sorbet, c'est en général principalement du sucre (du fruit et ajoutés), et on le fixe à 30 (30% de sucre total dans la recette finale). Ce pourcentage est défini par l'usage, et est généralement fixé entre 27 et 33 brix. 4) On définit le pourcentage de sucre hors saccharose et le poids correspondant. Il faut aussi choisir quel type de sucre on va utiliser. 5) On définit le pourcentage de stabilisateur : de 0,2% à 0,5% du volume total, en fonction des fruits. Un fruit aqueux va avoir tendance à former des cristaux à la conservation (citrons, agrumes, fruit de la passion, griotte), on va donc ajouter 0,5% de stabilisateur si on utilise ce type de fruit. A l'inverse, un fruit charnu (abricot...) nécessitera moins de stabilisateur. Le pourcentage moyen est de 0,3%. On calcule alors le poids et l'extrait sec correspondant (sur 10 kg de préparation, on en met 200g à 500g). 6) On calcule le poids de saccharose. On déduit des 30% d'EST (3000 g) le poids correspondant des différents sucre, d'extrait sec du stabilisateur et on complète le poids en saccharose. 7) On calcule le poids d'eau : on soustrait aux 10 000 g le poids des sucres le poids de fruits, des différents sucres, de stabilisateur et on complète avec de l'eau. Exercice : On veut 10 000 g de produit. Le pourcentage d'EST désiré est de 30%, soit 3 000 g. On veut 60% de fruit, soit 6 000 g de purée ou jus de fruit. Au réfractomètre, on trouve 8% d'extrait sec, soit 480g. On doit donc compléter nos 3 kg d'EST de 3 000 g - 480 g = 2 520 g de sucres additionnels. Il faut alors choisir quels sucres additionnels on va apporter en fonction de leur pouvoir sucrant. Ici, on veut diminuer la sucrosité de la glace. Le fruit a un pouvoir sucrant de 125% (1,25 fois l'extrait sec, soit 600 de PS). On peut alors apporter du glucose atomisé, qui a un pouvoir sucrant faible (50%), ou du dextrose (70%). Le choix doit aussi être fait en fonction du pouvoir anti-congelant des sucres (le glucose atomisé a un pouvoir anti-congelant (PAC) de 90 contre 190 pour le dextrose). Plus le PAC est élevé, plus la glace sera souple. On choisit ici de combiner les deux produits, et d'apporter 3% de glucose atomisé (soit 300 g de glucose atomisé) et 3% de dextrose (soit 300g de dextrose également). L'EST du glucose atomisé est de 95%, donc son poids est ici de 0,95 * 300 g = 285 g. L'EST du dextrose est de 92%, donc son poids est ici de 0,92 * 300 g = 276 g. On décide de mettre la quantité moyenne de stabilisateur : 0,3%, soit 30 g de stabilisateur. L'EST du stabilisateur est de 100%, et représente donc 30 g. On peut alors calculer le volume de saccharose que l'on doit ajouter, en raisonnant uniquement d'après l'extrait sec. On obtient 10 000 g - 480 g - 285 g - 276 g - 30 g = 1 929 g de saccharose. On obtient également le volume d'eau que l'on doit apporter au mélange, soit 10 000 g - 6 000 g - 300 g - 300 g - 30 g - 1 929 g = 1 441 g d'eau. On a alors une glace avec un pouvoir sucrant de 28,89%, soit un PS inférieur à 30% (on a donc désucré la glace), et un pouvoir anti-congelant de 324,9 (supérieur à 300, donc donnant une glace plus souple). Pour une crème glacée, il faudra prendre en compte l'extrait sec dégraissé du lait, la matière grasse butyrique Mode opératoire 1) Choisir les matières premières 2) Equilibrer la recette 3) Effectuer les pesées (en utilisant une balance précise) 4) Réaliser le mix : a) Tiédir à 45°C les éléments liquides et humides mélangés ensemble à 35°C (eau, solution de pectine, lait, crème, jaunes, beurre fondu, sucre inverti, glucose, sirop...). b) Ajouter (toujours à 45°C) sous forte agitation les éléments secs mélangés ensemble (saccharose, glucose déshydraté, dextrose, fructose, tréhalose, fibres, poudre de lait, stabilisant et émulsifiant...). c) Mixer fortement et pasteuriser à 85°C. d) Ajouter certains arômes et émulsionner au besoin. e) Refroidir rapidement à 4°C. f) Ajouter les purées de fruit, fromages et yaourts... (qui peuvent être sensibles à la température) g) Mixer fortement / homogénéiser. 5) Maturer (pour développer les arômes et terminer la formation du gel dû au stabilisant), dans l'idéal 24 heures 6) Sangler / glacer / turbiner (passage d'une température positive à une température négative : le mix devient alors glace) 7) Surgeler rapidement (pour limiter la formation de cristaux de glace) 8) Stocker au froid à -18°C 9) Servir (dans l'idéal entre -10°C et -16°C selon le produit) Le cycle de pasteurisation Il commence à une température de 4°C (température de stockage du lait par exemple). On porte à 45°C (température d'ajout des éléments secs). On porte à 85°C pendant 10 à 15 minutes. On refroidit rapidement à 4°C pour éviter la zone critique entre 15°C et 45°C où les bactéries mésophiles peuvent se développer. On mature en-dessous de 4°C. Le foisonnement On incorpore le mix dans la turbine à 4°C. Il va se transformer en glace entre -4°C et -6°C : on arrête le foisonnement à ce moment. Si la machine tourne plus longtemps, on risque de perdre le foisonnement à des températures trop basses. Les températures entre 4°C et -4°C sont les plus propices à l'incorporation d'air. Taux de foisonnement = ((poids 1L de mix - poids 1L de glace) / poids 1L de glace) * 100 Le taux de foisonnement est entre 30% et 40% pour les sorbets, et entre 50% et 70% pour des crèmes glacées. En fonction de l'EST, du taux de matières grasses, la glace va avoir un poids différent et va donc affecter le taux de foisonnement. Le point de congélation de l'eau Il est important de surgeler rapidement la préparation qui sort de la turbine. En effet, à une température de -5°C/-10°C (température de la glace en sortie de turbine), on va avoir entre 48% et 70% d'eau congelée. Pour éviter la formation de cristaux à partir de l'eau libre, il faut congeler à cœur le plus vite possible (à -20°C, on a 87% d'eau congelée, ou 90% à -25°C). On aura donc une meilleure conservation du produit.
    La qualité de la glace dépend de nombreux paramètres. En premier lieu les objectifs : attentes de la clientèle, situation géographique, conditions climatiques, contexte économique Ainsi, en été par exemple, on privilégiera des glaces plus fermes et plus froides. Puis ensuite, on doit prendre en compte : - le choix des ingrédients - le type de matériel - la composition du mix - l'équilibre de la recette - le mode opératoire - la formation du personnel LE CHOIX DES INGREDIENTS L'élément de base est l'eau pour les sorbets ou le lait pour les crèmes glacées. Généralement, les recettes sont établies sur une base de lait entier, car il contient des protéines, du lactose, et des matières grasses butyriques naturellement homogénéisés dans le produit. Il ne sera donc pas nécessaire d'ajouter trop d'autres produits pour enrichir la glace. L'utilisation de lait cru permet d'avoir un résultat gustatif supérieur. Si on utilise de l'eau et qu'elle a un goût particulier, ce goût sera amplifié par le froid. Ce peut être le cas de l'eau du robinet ou des eaux minérales. L'idéal est d'utiliser de l'eau de source. LES MATIERES ANIMALES Les matières grasses : beurre, crème... Elles vont apporter du corps ou du crémeux. Le beurre va apporter de la fermeté à la glace. La crème, elle, a un pouvoir d'homogénéisation et va permettre d'incorporer de l'air plus facilement, donc augmenter le foisonnement de la glace, ce qui lui donnera plus de souplesse. Le choix de ces produits peut également jouer sur le goût : une crème crue par exemple a un intérêt gustatif indéniable. La matière grasse va également servir de support aromatique, et fixer les saveurs de la glace. Elle va aussi développer ces saveurs lors de la maturation, d'où l'importance du temps de maturation de la glace. La poudre de lait Elle contient du lactose et des protéines laitières (environ 50% chacun). C'est une source d'extrait sec dégraissé du lait (ESDL). Elle va améliorer le foisonnement et la structure des glaces. La protéine laitière améliore le foisonnement. Le lactose stabilise l'eau libre qui forme les cristaux de glace que l'on souhaite éviter dans une glace de qualité. Il a une capacité d'absorption de 10 fois son poids en eau. 100g de poudre de lait (donc 50 g de lactose) peut donc absorber 500 g d'eau. On l'utilise donc pour limiter la cristallisation et la fonte des glaces. Si on en utilise trop, il peut cristalliser lors de la conservation, ce qui donnera une texture sableuse désagréable en bouche. Les œufs Le jaune d'œuf a une forte teneur en lécithine, un émulsifiant naturel qui permet de faire la liaison entre l'eau et la matière grasse. Il permet d'avoir un bon foisonnement et une texture agréable. Il a été progressivement remplacé par des émulsifiants industriels après les années 50, mais on recommence à l'utiliser dans les recettes de crèmes glacées. LES SUCRES Le saccharose (le sucre) C'est l'élément sucrant principal. Il développe les arômes, joue un rôle primordial sur la texture de la glace, va abaisser le point de congélation et réduire l'apparition de cristaux de glace. Il est difficilement remplaçable en totalité ; du moins il faut éviter de le remplacer à plus de 50% par d'autres sucres qui pourraient avoir des propriétés technologiques différentes. Le sucre inverti et le miel Le sucre inverti est obtenu à partir de l'hydrolyse totale du saccharose. Le miel est un produit naturel qui possède des propriétés similaires à celles du sucre inverti. Ils peuvent être utilisés pour remplacer l'un ou l'autre. On peut fabriquer du sucre inverti à la maison : il faut chauffer du sucre avec un acide (du jus de citron par exemple) dans de l'eau. L'acidité va rompre les molécules du saccharose pour donner un produit aux caractéristiques différentes. Le sucre inverti a ainsi un pouvoir sucrant et anti-congelant plus élevé. Il peut donc être utilisé pour assouplir les glaces. Ces sucres vont également capter l'eau libre et réduire la formation de cristaux de glace. Les glucoses et le dextrose Ils proviennent d'une hydrolyse d'un amidon (de blé, de maïs...). On va couper les chaînes de molécule de glucose : au fil de ce processus, on va obtenir plusieurs produits, avec pour produit final le dextrose. C'est une molécule de glucose unique (on a coupé toute la chaîne de molécule d'amidon). Au cours du processus, on peut ainsi obtenir : - des maltodextrines : c'est le premier produit obtenu par hydrolyse (on doit avoir un dextrose équivalent < 20 (DE < 20) ). Son pouvoir sucrant est faible et permet de réduire le goût sucré de la glace. Sa capacité hygroscopique est importante (elle va absorber l'eau très facilement), et elle apporte principalement de l'extrait sec. - des glucoses : à faible DE (entre 21 et 50), ou à fort DE (entre 50 et 99,5). Ils ont un pouvoir sucré plus important que la maltodextrine, mais toujours inférieur à 100. Ils ont aussi un effet anti-cristallisant et apportent de l'extrait sec. Ils vont enfin apporter une sensation de fraîcheur à la dégustation, il faut donc les utiliser avec parcimonie car cette sensation peut être désagréable dans une glace déjà froide. - le dextrose : c'est une molécule de glucose seule. Il a un pouvoir sucrant légèrement inférieur à celui du saccharose, est très hygroscopique et a un pouvoir anti-congelant très élevé. Il apporte aussi de l'extrait sec car il est généralement utilisé sous forme de poudre. Le fructose C'est un sucre extrait des fruits. C'est donc un produit naturel, assimilé très facilement par l'organisme. Il est parfois utilisé pour alléger en sucre une préparation car son pouvoir sucrant est très élevé (1,5 à 2 fois celui du saccharose) : on peut donc en utiliser moins de sucre pour le même résultat gustatif. Il faut toutefois conserver un minimum de matière sèche, donc ne pas remplacer tout le saccharose. Son utilisation est rare et spécifique. Le tréhalose C'est une alternative au saccharose, beaucoup utilisée par les glaciers italiens. Il provient d'un amidon et est constitué de deux molécules de glucose. Il a des propriétés identiques au saccharose, à l'exception de son pouvoir sucrant qui est deux fois moins élevé. Il est très hygroscopique et réduit la formation de cristaux lors de la conservation. Son prix est cependant assez élevé. Résumé des sucres : Saccharose : pouvoir sucrant 100, pouvoir anti-congelant 100 Tréhalose : pouvoir sucrant 45, pouvoir anti-congelant 100 Sucre inverti : pouvoir sucrant 130, pouvoir anti-congelant 190 Fructose : pouvoir sucrant 170, pouvoir anti-congelant 190 Miel : pouvoir sucrant 120/130, pouvoir anti-congelant 190 Dextrose : pouvoir sucrant 74, pouvoir anti-congelant 190 Glucose 60DE : pouvoir sucrant 68, pouvoir anti-congelant 115 Glucose 40DE : pouvoir sucrant 48, pouvoir anti-congelant 80 Glucose 21DE : pouvoir sucrant 23, pouvoir anti-congelant 38 Maltodextrine 5/19DE: pouvoir sucrant 5/10, pouvoir anti-congelant 10/19 Si on veut une glace moins sucrée : on utilise le tréhalose Si on veut une texture plus souple : on utilise le sucre inverti, le fructose, le miel ou le dextrose car ils ont un fort PAC. La glace est le résultat d'un équilibre entre ces différents sucres. LES STABILISANTS Ce sont généralement des produits naturels, mais ils sont classés selon le codex des additifs. Chaque produit a des propriétés différentes : on trouve des stabilisants, des émulsifiants, des épaississants, des gélifiants... Ils réagissent différemment selon les produits avec lesquels ils sont utilisés. On les utilise en très petite quantité : entre 0,2% et 0,5% de la recette. Les stabilisants Ils sont utilisés car : - ils facilitent l'incorporation de l'air et limitent la formation de cristaux - ils améliorent le corps et la texture de la glace - ils préviennent la fonte à la dégustation - ils permettent une meilleure conservation Les émulsifiants Ils sont utilisés car : - ils participent à la dispersion des molécules de matière grasse - ils améliorent l'incorporation de l'air - ils donnent une texture plus fine et souple - ils préviennent la fonte rapide lors du service Ils ne sont pas indispensables si on utilise assez de jaunes d'œufs. Il faut cependant bien homogénéiser le mélange au mixeur pour bien émulsionner. exemples : le E471, le STAB 2000, la lécithine de soja ou de tournesol Les fibres Elles peuvent remplacer le saccharose et ont un indice glycémique plus bas que le sucre. Elles ne sont pas assimilées par l'organisme donc s'éliminent facilement. Elles donnent une texture crémeuse et huileuse à la préparation, ce qui permet de diminuer le taux de matière grasse tout en gardant une texture de glace similaire. Son utilisation se limite à 3-4% du volume de la préparation : autrement la texture va devenir caoutchouteuse. LES FRUITS On peut les utiliser frais, en jus ou entiers, ou en purée (sucrées ou non, aseptiques, réfrigérées, surgelées...). Pour une utilisation régulière en boutique, tout au long de l'année, on privilégiera ainsi les purées, facilement accessibles. Les fruits frais permettront cependant d'avoir un meilleur résultat sur le plan gustatif. La teneur en sucre d'un fruit varie en fonction de son mûrissement ou du moment de la saison : il peut donc être difficile de doser le sucre quand on utilise des fruits frais. On peut mélanger du fruit frais et de la purée pour bénéficier des avantages des deux types de produits. LES CHOCOLATS A l'origine, la fève de cacao contient en moyenne 50% de cacao sec et 50% de matière grasse. Lorsqu'on utilise de la pâte de cacao, on obtiendra donc ce rapport. La poudre de cacao est un produit dégraissé, elle contient donc très peu de matière grasse. Utilisée dans les glaces, elle peut donner un goût un peu râpeux. Le chocolat de couverture se compose d'une partie de cacao sec, de beurre de cacao, de sucre et d'un peu de lécithine. Il est enrichi en matière grasse. Le P125 80% se compose à 46% de cacao sec (quasiment autant que la pâte de cacao), de 36% de matière grasse (c'est donc un produit dégraissé) et de 20% de sucre. La matière grasse végétale (beurre de cacao) que l'on trouve dans le chocolat n'est pas très intéressante dans la fabrication des glaces, car sa température de fonte est différente de celle de la matière grasse butyrique. Le P125 80% est donc adapté à la fabrication de la glace en raison de sa moindre teneur en matière grasse. On peut équilibrer entre un chocolat de couverture, et de la pâte de cacao ou de la poudre de cacao pour avoir la proportion de cacao sec voulue sans ajouter trop de matière grasse. LES FRUITS SECS Ils se composent principalement de de matière sèche et de matière grasse. On peut les utiliser bruts, les torréfier pour leur donner de nouveaux arômes, ou les transformer en praliné. LE MATERIEL : Il existe tout type de turbines, dont des turbines ménagères (la Magimix par exemple). On peut trouver des produits semi-professionnels ou professionnels dans la marque Nemox (notamment des machines de taille raisonnables). - La turbine de table permet de produire de petites quantités de produit. - La turbine à glace soft permet d'obtenir des glaces dites "à l'italienne", directement à température de dégustation. - Le Pacojet est utilisé en restauration : il permet d'émulsionner une préparation congelée dans un bol. Le résultat est de bonne qualité même s'il ne s'agit pas vraiment d'une turbine à glace. Au cours de son action, le Pacojet va cependant faire augmenter la température de la préparation : il faut donc éviter d'avoir un produit trop souple (le sucrer moins est une solution). - La turbine de comptoir a une capacité identique à celle du Pacojet : elle turbine de la glace en refroidissant et en foisonnant le mélange en 6 minutes. On peut donc turbiner rapidement plusieurs parfums de glace. On s'intéresse ici à du matériel professionnel, plus imposant et coûteux : - Le pasteurisateur permet de réaliser le mix de glace tout en appliquant un cycle de pasteurisation complet (chauffage à 85°C puis refroidissement à 4°C et maturation). On utilise alors une turbine pour glacer le produit aux alentours de -6/-8°C. - On peut aussi recourir à un pasteurisateur et une turbine combinés. - Pour une production industrielle de glace, on peut utiliser des freezers continus qui pompent du mix dans un pasteurisateur et qui vont produire directement du produit. On peut ici régler le foisonnement au plus près du résultat attendu (et ainsi obtenir plus de produit en foisonnant davantage, ce qui n'a cependant pas de grand intérêt gustatif puisque l'air incorporé réduit la puissance des saveurs). LA COMPOSITION DU MIX : Lors de la conservation, l'eau libre va former des cristaux : le produit n'aura alors aucune souplesse, aucune onctuosité. Pour obtenir un bon résultat, il faut alors utiliser les stabilisants et les émulsifiants. Les extraits secs en solution (sucre, ESDL, colorants, alcool, arômes), c'est-à-dire dissous dans un volume d'eau, ont leurs molécules liées à des molécules d'eau, et ne vont donc pas créer de cristaux à la conservation. Il faut cependant utiliser des stabilisants pour stabiliser l'eau libre. Les extraits secs en suspension (matières grasses, pulpe de fruit) doivent être complétés par des émulsifiants pour être liés avec l'eau libre. L'équilibre de la recette : sorbet Déterminer l'équilibre d'un sorbet est relativement abordable. 1) On définit d'abord le pourcentage de fruits désiré, puis on en calcule le poids. Exemple : on veut 60% de fruit dans 10 000 g de préparation, on a donc 6 kg de fruit. 2) On calcule ensuite le taux de sucre contenu dans le fruit (le "brix"). On utilise pour cela un réfractomètre électronique (dont le prix est élevé), ou à visée oculaire (dont le prix est accessible) : on récupère une goutte de fruit mixé, puis on l'analyse avec le réfractomètre. Exemple : ici, la fraise est à 7 ou 8 brix, c'est-à-dire qu'elle contient 7% à 8% de sucre dans son jus. A certains moments de la saison, le brix peut monter à 14%. Pour 6 kg de fruit, on a donc 480g de matière sèche (de sucre) dans la masse totale. 3) On définit maintenant le pourcentage d'EST (extrait sec total). Dans un sorbet, c'est en général principalement du sucre (du fruit et ajoutés), et on le fixe à 30 (30% de sucre total dans la recette finale). Ce pourcentage est défini par l'usage, et est généralement fixé entre 27 et 33 brix. 4) On définit le pourcentage de sucre hors saccharose et le poids correspondant. Il faut aussi choisir quel type de sucre on va utiliser. 5) On définit le pourcentage de stabilisateur : de 0,2% à 0,5% du volume total, en fonction des fruits. Un fruit aqueux va avoir tendance à former des cristaux à la conservation (citrons, agrumes, fruit de la passion, griotte), on va donc ajouter 0,5% de stabilisateur si on utilise ce type de fruit. A l'inverse, un fruit charnu (abricot...) nécessitera moins de stabilisateur. Le pourcentage moyen est de 0,3%. On calcule alors le poids et l'extrait sec correspondant (sur 10 kg de préparation, on en met 200g à 500g). 6) On calcule le poids de saccharose. On déduit des 30% d'EST (3000 g) le poids correspondant des différents sucre, d'extrait sec du stabilisateur et on complète le poids en saccharose. 7) On calcule le poids d'eau : on soustrait aux 10 000 g le poids des sucres le poids de fruits, des différents sucres, de stabilisateur et on complète avec de l'eau. Exercice : On veut 10 000 g de produit. Le pourcentage d'EST désiré est de 30%, soit 3 000 g. On veut 60% de fruit, soit 6 000 g de purée ou jus de fruit. Au réfractomètre, on trouve 8% d'extrait sec, soit 480g. On doit donc compléter nos 3 kg d'EST de 3 000 g - 480 g = 2 520 g de sucres additionnels. Il faut alors choisir quels sucres additionnels on va apporter en fonction de leur pouvoir sucrant. Ici, on veut diminuer la sucrosité de la glace. Le fruit a un pouvoir sucrant de 125% (1,25 fois l'extrait sec, soit 600 de PS). On peut alors apporter du glucose atomisé, qui a un pouvoir sucrant faible (50%), ou du dextrose (70%). Le choix doit aussi être fait en fonction du pouvoir anti-congelant des sucres (le glucose atomisé a un pouvoir anti-congelant (PAC) de 90 contre 190 pour le dextrose). Plus le PAC est élevé, plus la glace sera souple. On choisit ici de combiner les deux produits, et d'apporter 3% de glucose atomisé (soit 300 g de glucose atomisé) et 3% de dextrose (soit 300g de dextrose également). L'EST du glucose atomisé est de 95%, donc son poids est ici de 0,95 * 300 g = 285 g. L'EST du dextrose est de 92%, donc son poids est ici de 0,92 * 300 g = 276 g. On décide de mettre la quantité moyenne de stabilisateur : 0,3%, soit 30 g de stabilisateur. L'EST du stabilisateur est de 100%, et représente donc 30 g. On peut alors calculer le volume de saccharose que l'on doit ajouter, en raisonnant uniquement d'après l'extrait sec. On obtient 10 000 g - 480 g - 285 g - 276 g - 30 g = 1 929 g de saccharose. On obtient également le volume d'eau que l'on doit apporter au mélange, soit 10 000 g - 6 000 g - 300 g - 300 g - 30 g - 1 929 g = 1 441 g d'eau. On a alors une glace avec un pouvoir sucrant de 28,89%, soit un PS inférieur à 30% (on a donc désucré la glace), et un pouvoir anti-congelant de 324,9 (supérieur à 300, donc donnant une glace plus souple). Pour une crème glacée, il faudra prendre en compte l'extrait sec dégraissé du lait, la matière grasse butyrique Mode opératoire 1) Choisir les matières premières 2) Equilibrer la recette 3) Effectuer les pesées (en utilisant une balance précise) 4) Réaliser le mix : a) Tiédir à 45°C les éléments liquides et humides mélangés ensemble à 35°C (eau, solution de pectine, lait, crème, jaunes, beurre fondu, sucre inverti, glucose, sirop...). b) Ajouter (toujours à 45°C) sous forte agitation les éléments secs mélangés ensemble (saccharose, glucose déshydraté, dextrose, fructose, tréhalose, fibres, poudre de lait, stabilisant et émulsifiant...). c) Mixer fortement et pasteuriser à 85°C. d) Ajouter certains arômes et émulsionner au besoin. e) Refroidir rapidement à 4°C. f) Ajouter les purées de fruit, fromages et yaourts... (qui peuvent être sensibles à la température) g) Mixer fortement / homogénéiser. 5) Maturer (pour développer les arômes et terminer la formation du gel dû au stabilisant), dans l'idéal 24 heures 6) Sangler / glacer / turbiner (passage d'une température positive à une température négative : le mix devient alors glace) 7) Surgeler rapidement (pour limiter la formation de cristaux de glace) 8) Stocker au froid à -18°C 9) Servir (dans l'idéal entre -10°C et -16°C selon le produit) Le cycle de pasteurisation Il commence à une température de 4°C (température de stockage du lait par exemple). On porte à 45°C (température d'ajout des éléments secs). On porte à 85°C pendant 10 à 15 minutes. On refroidit rapidement à 4°C pour éviter la zone critique entre 15°C et 45°C où les bactéries mésophiles peuvent se développer. On mature en-dessous de 4°C. Le foisonnement On incorpore le mix dans la turbine à 4°C. Il va se transformer en glace entre -4°C et -6°C : on arrête le foisonnement à ce moment. Si la machine tourne plus longtemps, on risque de perdre le foisonnement à des températures trop basses. Les températures entre 4°C et -4°C sont les plus propices à l'incorporation d'air. Taux de foisonnement = ((poids 1L de mix - poids 1L de glace) / poids 1L de glace) * 100 Le taux de foisonnement est entre 30% et 40% pour les sorbets, et entre 50% et 70% pour des crèmes glacées. En fonction de l'EST, du taux de matières grasses, la glace va avoir un poids différent et va donc affecter le taux de foisonnement. Le point de congélation de l'eau Il est important de surgeler rapidement la préparation qui sort de la turbine. En effet, à une température de -5°C/-10°C (température de la glace en sortie de turbine), on va avoir entre 48% et 70% d'eau congelée. Pour éviter la formation de cristaux à partir de l'eau libre, il faut congeler à cœur le plus vite possible (à -20°C, on a 87% d'eau congelée, ou 90% à -25°C). On aura donc une meilleure conservation du produit.
    voila chef
    Les Astuces du Chef:
    Vocabulaire de la glace : Mix : préparation non turbinée à base de tous les ingrédients composant la glace Glace : mix turbiné, foisonné EST : Extrait Sec Total (ensemble des ingrédients secs qui composent le produit) ESDL : Extrait Sec Dégraissé du Lait (matière sèche contenue dans le lait en-dehors de la matière grasse) MGB : Matière Grasse Butyrique (matière grasse relative au lait et à ses dérivés : crème, beurre...) MGT : Matière Grasse Totale (matière grasse butyrique + toutes les autres matières grasses d'origine non animale) PSR ou TS : Pouvoir Sucrant Relatif ou Taux Sucrant (sensation sucrée ressentie à la dégustation) PAC : Pouvoir Anti-Congelant (permet de déterminer la texture du produit congelé et à quelle température idéale le servir) La crème glacée est une appellation réglementée qui suppose un taux de matières grasses bien défini. Aujourd'hui, on utilise majoritairement des jaunes d'œuf pasteurisés en bouteille pour des raisons d'hygiène et de praticité. Cependant, les jaunes sous cette forme n'ont aucun intérêt gustatif. Si on veut retrouver le goût de l'œuf, il faut sélectionner des œufs de qualité. L'indice 100 du pouvoir sucrant correspond au saccharose. On peut fabriquer sa propre pectine à partir d'albédo, la peau blanche sous la première peau du citron, ou de peau de pomme et de trognons. On calcule souvent le poids d'une recette sur 10 000 g, ce qui permet d'éviter les virgules et d'avoir des quantités claires et faciles à calculer. La température de vitrine est aux alentours de -14°C. Il est nécessaire d'avoir une balance très précise car de faibles variations des quantités peuvent affecter le résultat final.
    Vocabulaire de la glace : Mix : préparation non turbinée à base de tous les ingrédients composant la glace Glace : mix turbiné, foisonné EST : Extrait Sec Total (ensemble des ingrédients secs qui composent le produit) ESDL : Extrait Sec Dégraissé du Lait (matière sèche contenue dans le lait en-dehors de la matière grasse) MGB : Matière Grasse Butyrique (matière grasse relative au lait et à ses dérivés : crème, beurre...) MGT : Matière Grasse Totale (matière grasse butyrique + toutes les autres matières grasses d'origine non animale) PSR ou TS : Pouvoir Sucrant Relatif ou Taux Sucrant (sensation sucrée ressentie à la dégustation) PAC : Pouvoir Anti-Congelant (permet de déterminer la texture du produit congelé et à quelle température idéale le servir) La crème glacée est une appellation réglementée qui suppose un taux de matières grasses bien défini. Aujourd'hui, on utilise majoritairement des jaunes d'œuf pasteurisés en bouteille pour des raisons d'hygiène et de praticité. Cependant, les jaunes sous cette forme n'ont aucun intérêt gustatif. Si on veut retrouver le goût de l'œuf, il faut sélectionner des œufs de qualité. L'indice 100 du pouvoir sucrant correspond au saccharose. On peut fabriquer sa propre pectine à partir d'albédo, la peau blanche sous la première peau du citron, ou de peau de pomme et de trognons. On calcule souvent le poids d'une recette sur 10 000 g, ce qui permet d'éviter les virgules et d'avoir des quantités claires et faciles à calculer. La température de vitrine est aux alentours de -14°C. Il est nécessaire d'avoir une balance très précise car de faibles variations des quantités peuvent affecter le résultat final.
    voila chef
    2. Solution de pectine 5:00
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95

    950 g d'eau
    50 g de pectine 325NH95

    voila chef
    Réalisation:
    Dans la cuve d'un mixeur cuiseur, mettre l'eau et la pectine. Mixer à vitesse élevée. Faire cuire pendant 15 minutes à 85°C tout en maintenant un mélange faible pendant la cuisson. Débarrasser dans un contenant hermétiquement fermé. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures afin de laisser maturer. La pectine doit avoir formé un gel épais et onctueux.
    Dans la cuve d'un mixeur cuiseur, mettre l'eau et la pectine. Mixer à vitesse élevée. Faire cuire pendant 15 minutes à 85°C tout en maintenant un mélange faible pendant la cuisson. Débarrasser dans un contenant hermétiquement fermé. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures afin de laisser maturer. La pectine doit avoir formé un gel épais et onctueux.
    voila chef
    Les Astuces du Chef:

    La pectine est un produit naturel d'origine végétale.

    On peut conserver cette solution au froid à +4°C une semaine maximum.
    Au-delà de 5 jours, elle va perdre en efficacité et se liquéfier : il faudra alors en utiliser davantage pour obtenir le même résultat.

    Cette solution remplace le stabilisant utilisé d'ordinaire dans les glaces ainsi qu'une partie de l'eau.

    Les 15 minutes correspondent au cycle de pasteurisation classique d'une crème glacée. Lors de la montée en température, les stabilisants vont gonfler et former un gel.

    La pectine 3256NH95 est idéale car elle réagit aux fruits doux, aux fruits acides ainsi qu'au calcium. On peut donc l'utiliser dans des crèmes glacées comme dans des sorbets.

    On peut aussi réaliser cette solution au pasteurisateur, ou à la casserole en fouettant au départ pour homogénéiser puis en mixant au mixeur plongeant pendant la cuisson.
    Il est important que l'eau soit toujours en mouvement.

    On laisse toujours les stabilisateurs maturer 24 heures pour qu'ils puissent agir de manière optimale.

    La pectine est un produit naturel d'origine végétale.

    On peut conserver cette solution au froid à +4°C une semaine maximum.
    Au-delà de 5 jours, elle va perdre en efficacité et se liquéfier : il faudra alors en utiliser davantage pour obtenir le même résultat.

    Cette solution remplace le stabilisant utilisé d'ordinaire dans les glaces ainsi qu'une partie de l'eau.

    Les 15 minutes correspondent au cycle de pasteurisation classique d'une crème glacée. Lors de la montée en température, les stabilisants vont gonfler et former un gel.

    La pectine 3256NH95 est idéale car elle réagit aux fruits doux, aux fruits acides ainsi qu'au calcium. On peut donc l'utiliser dans des crèmes glacées comme dans des sorbets.

    On peut aussi réaliser cette solution au pasteurisateur, ou à la casserole en fouettant au départ pour homogénéiser puis en mixant au mixeur plongeant pendant la cuisson.
    Il est important que l'eau soit toujours en mouvement.

    On laisse toujours les stabilisateurs maturer 24 heures pour qu'ils puissent agir de manière optimale.

    voila chef
    3. Glace à la fraise de Mémé 9:39
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:
    Pour 1,5 kg de mix : 140 g de crème entière liquide 60 g de solution de pectine 215 g de sucre 1 000 g de fraises fraîches 30 g de jus de citron
    Pour 1,5 kg de mix : 140 g de crème entière liquide 60 g de solution de pectine 215 g de sucre 1 000 g de fraises fraîches 30 g de jus de citron
    voila chef
    Réalisation:
    Informations professionnelles : 67% fruit - EST 28% - MG 3,2% - TS 28,5% Mélange Mettre les fraises dans la cuve d'un robot ménager. Ajouter le sucre et le jus de citron. Mixer jusqu'à obtenir une purée de fruit homogène, pendant environ 30 secondes. Ajouter la pectine ainsi que la crème liquide. Mixer de nouveau pendant 30 secondes. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 67% fruit - EST 28% - MG 3,2% - TS 28,5% Mélange Mettre les fraises dans la cuve d'un robot ménager. Ajouter le sucre et le jus de citron. Mixer jusqu'à obtenir une purée de fruit homogène, pendant environ 30 secondes. Ajouter la pectine ainsi que la crème liquide. Mixer de nouveau pendant 30 secondes. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef:
    La solution de pectine va éviter la formation de cristaux de glace lors de la congélation en stabilisant l'eau libre. Pour la laisser agir, il faut laisser maturer le mix pendant 24 heures. La crème va apporter de la longueur en bouche, de l'onctuosité et faciliter le foisonnement. Il n'est pas nécessaire de cuire cette glace car la pectine a déjà été chauffée en amont. On peut également réaliser cette préparation avec un blender ou un mixeur plongeant, mais le résultat obtenu avec un robot ménager sera plus fin. Cette glace n'est pas considérée comme un sorbet en raison de l'ajout de matière grasse (crème liquide).
    La solution de pectine va éviter la formation de cristaux de glace lors de la congélation en stabilisant l'eau libre. Pour la laisser agir, il faut laisser maturer le mix pendant 24 heures. La crème va apporter de la longueur en bouche, de l'onctuosité et faciliter le foisonnement. Il n'est pas nécessaire de cuire cette glace car la pectine a déjà été chauffée en amont. On peut également réaliser cette préparation avec un blender ou un mixeur plongeant, mais le résultat obtenu avec un robot ménager sera plus fin. Cette glace n'est pas considérée comme un sorbet en raison de l'ajout de matière grasse (crème liquide).
    voila chef
    4. Sorbet plein fruit à la poire et au bleu d'Auvergne 12:43
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:
    Pour 1,8 kg de mix : 180 g d'eau 110 g de solution de pectine (6%, soit 0,3% de pectine) 100 g de sucre inverti 135 g de sucre 35 g de fibres (inuline) 1000 g de purée de poire sucrée 10% 275 g de fromage bleu d'Auvergne
    Pour 1,8 kg de mix : 180 g d'eau 110 g de solution de pectine (6%, soit 0,3% de pectine) 100 g de sucre inverti 135 g de sucre 35 g de fibres (inuline) 1000 g de purée de poire sucrée 10% 275 g de fromage bleu d'Auvergne
    voila chef
    Réalisation:
    Informations professionnelles : 70% arôme (55% de fruit / 15% de fromage) - EST 34,2% - MG 4,3% - TS 26% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre l'eau, la solution de pectine et le sucre inverti. Chauffer à 45°C en mixant légèrement. En parallèle, mélanger les éléments secs : le sucre et les fibres. A 45°C, ajouter les éléments secs dans le liquide chaud. Chauffer à 85°C pour pasteuriser la préparation, tout en mixant pour homogénéiser. A 85°C, incorporer le fromage. Mixer de nouveau pendant environ 30 secondes. Mettre la cuve du robot ménager au froid à +4°C jusqu'au refroidissement du mélange. Une fois la préparation refroidie, ajouter la purée de poire dans la cuve du robot ménager. Mixer pour homogénéiser. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 70% arôme (55% de fruit / 15% de fromage) - EST 34,2% - MG 4,3% - TS 26% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre l'eau, la solution de pectine et le sucre inverti. Chauffer à 45°C en mixant légèrement. En parallèle, mélanger les éléments secs : le sucre et les fibres. A 45°C, ajouter les éléments secs dans le liquide chaud. Chauffer à 85°C pour pasteuriser la préparation, tout en mixant pour homogénéiser. A 85°C, incorporer le fromage. Mixer de nouveau pendant environ 30 secondes. Mettre la cuve du robot ménager au froid à +4°C jusqu'au refroidissement du mélange. Une fois la préparation refroidie, ajouter la purée de poire dans la cuve du robot ménager. Mixer pour homogénéiser. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Laisser maturer au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef:
    On peut aussi réaliser cette recette avec une casserole, un thermomètre et un fouet. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final, surtout pour une préparation peu riche en matières grasses. On ajouter le fromage à 85°C car il contient de la matière grasse : la température élevée permettra alors d'homogénéiser la préparation. La solution de pectine réagit au calcium, donc au fromage. On peut homogénéiser au mixeur plongeant si on n'a pas de robot ménager. Le mixage permet de casser les molécules de gras, donc de favoriser le foisonnement de la glace. On peut remplacer la purée de poire par des poires fraîches mixées à condition d'en vérifier la teneur en sucre et de maintenir l'équilibre de la recette. Le temps de maturation idéal est de 24 heures, mais il est possible de turbiner après 1H de maturation : cependant, le résultat sera de moins bonne qualité. Il est toujours important d'homogénéiser la préparation en mixant de nouveau la préparation avant le turbinage. Lors du stockage du produit, il est important de tasser la glace et d'éviter les bulles d'air : elles favorisent la formation de cristaux de glace. Plus le refroidissement de la préparation est rapide, moins les gouttes d'eau libre vont congeler rapidement : on évite ainsi la formation de cristaux (d'où l'intérêt de recourir à la surgélation si possible).
    On peut aussi réaliser cette recette avec une casserole, un thermomètre et un fouet. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final, surtout pour une préparation peu riche en matières grasses. On ajouter le fromage à 85°C car il contient de la matière grasse : la température élevée permettra alors d'homogénéiser la préparation. La solution de pectine réagit au calcium, donc au fromage. On peut homogénéiser au mixeur plongeant si on n'a pas de robot ménager. Le mixage permet de casser les molécules de gras, donc de favoriser le foisonnement de la glace. On peut remplacer la purée de poire par des poires fraîches mixées à condition d'en vérifier la teneur en sucre et de maintenir l'équilibre de la recette. Le temps de maturation idéal est de 24 heures, mais il est possible de turbiner après 1H de maturation : cependant, le résultat sera de moins bonne qualité. Il est toujours important d'homogénéiser la préparation en mixant de nouveau la préparation avant le turbinage. Lors du stockage du produit, il est important de tasser la glace et d'éviter les bulles d'air : elles favorisent la formation de cristaux de glace. Plus le refroidissement de la préparation est rapide, moins les gouttes d'eau libre vont congeler rapidement : on évite ainsi la formation de cristaux (d'où l'intérêt de recourir à la surgélation si possible).
    voila chef
    5. Granola au quinoa soufflé 4:59
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:
    50 g de flocons d'avoine 50 g de quinoa soufflé 50 g de pistaches hachées 50 g de noix de pécan 50 g de amandes bâtonnet 100 g de miel 50 g de sirop d’érable
    50 g de flocons d'avoine 50 g de quinoa soufflé 50 g de pistaches hachées 50 g de noix de pécan 50 g de amandes bâtonnet 100 g de miel 50 g de sirop d’érable
    voila chef
    Réalisation:
    Réalisation du granola Dans une casserole, mettre le miel et le sirop d'érable. Porter à ébullition pour liquéfier les produits. Ajouter les fruits secs. Mélanger pour bien les enrober. Ajouter les céréales et mélanger de nouveau. Cuisson Verser la préparation sur une feuille de cuisson siliconée et l'étaler de manière uniforme. Cuire au four ventilé à 180°C 10 à 15 minutes, jusqu'à coloration. Laisser refroidir à température ambiante et réserver.
    Réalisation du granola Dans une casserole, mettre le miel et le sirop d'érable. Porter à ébullition pour liquéfier les produits. Ajouter les fruits secs. Mélanger pour bien les enrober. Ajouter les céréales et mélanger de nouveau. Cuisson Verser la préparation sur une feuille de cuisson siliconée et l'étaler de manière uniforme. Cuire au four ventilé à 180°C 10 à 15 minutes, jusqu'à coloration. Laisser refroidir à température ambiante et réserver.
    voila chef
    Les Astuces du Chef:
    Il existe du miel vegan fabriqué à partir de sirop de sucre, qui n'en a pas vraiment le goût mais qui va tout de même permettre de lier la préparation. Le sirop d'érable va apporter un parfum particulier à la préparation. On peut utiliser d'autres fruits secs ou céréales, ou remplacer le quinoa soufflé par du riz soufflé par exemple. Mélanger délicatement le quinoa soufflé : c'est un produite léger qui peut facilement s'échapper hors de la casserole. Ce granola va apporter de la texture à la glace amande. Pendant la cuisson, on peut régulièrement mélanger la préparation pour permettre une cuisson uniforme.
    Il existe du miel vegan fabriqué à partir de sirop de sucre, qui n'en a pas vraiment le goût mais qui va tout de même permettre de lier la préparation. Le sirop d'érable va apporter un parfum particulier à la préparation. On peut utiliser d'autres fruits secs ou céréales, ou remplacer le quinoa soufflé par du riz soufflé par exemple. Mélanger délicatement le quinoa soufflé : c'est un produite léger qui peut facilement s'échapper hors de la casserole. Ce granola va apporter de la texture à la glace amande. Pendant la cuisson, on peut régulièrement mélanger la préparation pour permettre une cuisson uniforme.
    voila chef
    6. Glace vegan à l'amande 17:02
    TECHNIQUES ENSEIGNÉES:
    Ingrédients:
    Pour 1,7 kg de mix 1 000 g de lait d'amande 140 g de solution de pectine 100 g de sucre inverti 200 g de sucre 60 g de fructose 60 g de fibres (inuline) 180 g de pure pâte d'amande
    Pour 1,7 kg de mix 1 000 g de lait d'amande 140 g de solution de pectine 100 g de sucre inverti 200 g de sucre 60 g de fructose 60 g de fibres (inuline) 180 g de pure pâte d'amande
    voila chef
    Réalisation:
    Informations professionnelles : 10% arôme - EST 34,5% - MG 6% - TS 21% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre la boisson au lait d'amande, la solution de pectine maturée, le sucre inverti, ainsi que le sucre, le fructose et les fibres. Commencer à pasteuriser le mélange : chauffer à une température de 65°C en mixant assez rapidement pour homogénéiser l'ensemble de la préparation. Une fois la température atteinte, verser une petite quantité de liquide chaud sur la pâte d'amande. Emulsionner en mélangeant à la maryse jusqu'à obtenir une texture lisse et nappante. Rajouter un peu de liquide si nécessaire. Verser l'émulsion dans le robot avec le reste du liquide. Terminer la pasteurisation : mixer rapidement pour émulsionner l'ensemble du mélanger, puis continuer le mixage doucement tout en chauffant à 85°C. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Lorsque la glace est presque prise, ajouter le granola au quinoa soufflé en le versant dans la turbine (en garder une petite partie pour la finition). Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Cette étape va permettre de mélanger davantage le granola. Ajouter le reste du granola sur le dessus de la glace pour décorer. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    Informations professionnelles : 10% arôme - EST 34,5% - MG 6% - TS 21% Mélange Dans la cuve d'un robot-cuiseur, mettre la boisson au lait d'amande, la solution de pectine maturée, le sucre inverti, ainsi que le sucre, le fructose et les fibres. Commencer à pasteuriser le mélange : chauffer à une température de 65°C en mixant assez rapidement pour homogénéiser l'ensemble de la préparation. Une fois la température atteinte, verser une petite quantité de liquide chaud sur la pâte d'amande. Emulsionner en mélangeant à la maryse jusqu'à obtenir une texture lisse et nappante. Rajouter un peu de liquide si nécessaire. Verser l'émulsion dans le robot avec le reste du liquide. Terminer la pasteurisation : mixer rapidement pour émulsionner l'ensemble du mélanger, puis continuer le mixage doucement tout en chauffant à 85°C. Débarrasser dans un récipient et filmer au contact. Réserver au froid à +4°C pendant 24 heures. Turbinage Récupérer la préparation. La mixer au mixeur plongeant. La mettre dans le bol de la turbine et lancer le sanglage. Lorsque la glace est presque prise, ajouter le granola au quinoa soufflé en le versant dans la turbine (en garder une petite partie pour la finition). Une fois la glace prise, arrêter la turbine et la récupérer à l'aide d'une spatule à glace. Dans un bac, tasser consciencieusement la glace et la lisser, en chassant l'air au maximum. Cette étape va permettre de mélanger davantage le granola. Ajouter le reste du granola sur le dessus de la glace pour décorer. Fermer le bac de manière hermétique, puis le mettre au froid à -18°C pendant 12 heures minimum. Et VOILA CHEF, c'est prêt à déguster !
    voila chef
    Les Astuces du Chef:
    La pâte d'amande utilisée est constituée d'amandes broyées non-toastées, ce qui lui donne une couleur très claire et un goût d'amande fraîche. On peut remplacer le sucre inverti en partie par du sucre et en partie par du fructose. Il sert à apporter de la texture à la glace en limitant la cristallisation. On peut remplacer le fructose par du sucre ou du sucre inverti. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final. L'inuline va apporter de la texture au contact de l'eau et remplacer du sucre et de la matière grasse. En effet, comme il s'agit d'une glace vegan, il faut compenser l'absence de matières grasses butyriques. On peut utiliser tout aussi bien une boisson au lait d'amande ou au lait d'avoine. L'émulsion de la pâte d'amande va donner la texture finale de la glace : si elle n'est pas parfaite, l'ensemble ne sera pas homogène. On peut remplacer la pâte d'amande par n'importe quelle pâte de fruit sec, à condition de garder un produit à 100% de fruits secs. Autrement, il faudra revoir l'équilibre de la recette (ici à 10% d'arôme amande, soit 5,5% de matière grasse totale). Si on réalise cette étape dans une casserole, on peut utiliser un mixeur plongeant. Lorsqu'on ajoute une garniture (fruits secs, céréales, pépites de chocolat) dans une recette, on ajoute 10% du poids total de la masse. Si on ajoute une garniture plus liquide (un coulis, un caramel), on ajoute 5% du poids total. On peut agrémenter cette glace d'un coulis de fruits rouges, ou de sirop d'érable. Pour réaliser des quenelles de glace, penser à chauffer la cuillère dans de l'eau chaude puis à bien l'essuyer entre chaque portion pour éviter de rajouter de l'eau dans la préparation.
    La pâte d'amande utilisée est constituée d'amandes broyées non-toastées, ce qui lui donne une couleur très claire et un goût d'amande fraîche. On peut remplacer le sucre inverti en partie par du sucre et en partie par du fructose. Il sert à apporter de la texture à la glace en limitant la cristallisation. On peut remplacer le fructose par du sucre ou du sucre inverti. L'inuline est de la fibre de bouleau, et va permettre de réduire la quantité de sucre de la recette car elle apporte de l'extrait sec, capte l'eau et donne de la texture au mélange final. L'inuline va apporter de la texture au contact de l'eau et remplacer du sucre et de la matière grasse. En effet, comme il s'agit d'une glace vegan, il faut compenser l'absence de matières grasses butyriques. On peut utiliser tout aussi bien une boisson au lait d'amande ou au lait d'avoine. L'émulsion de la pâte d'amande va donner la texture finale de la glace : si elle n'est pas parfaite, l'ensemble ne sera pas homogène. On peut remplacer la pâte d'amande par n'importe quelle pâte de fruit sec, à condition de garder un produit à 100% de fruits secs. Autrement, il faudra revoir l'équilibre de la recette (ici à 10% d'arôme amande, soit 5,5% de matière grasse totale). Si on réalise cette étape dans une casserole, on peut utiliser un mixeur plongeant. Lorsqu'on ajoute une garniture (fruits secs, céréales, pépites de chocolat) dans une recette, on ajoute 10% du poids total de la masse. Si on ajoute une garniture plus liquide (un coulis, un caramel), on ajoute 5% du poids total. On peut agrémenter cette glace d'un coulis de fruits rouges, ou de sirop d'érable. Pour réaliser des quenelles de glace, penser à chauffer la cuillère dans de l'eau chaude puis à bien l'essuyer entre chaque portion pour éviter de rajouter de l'eau dans la préparation.
    voila chef
    Et VOILA CHEF, c’est à vous de jouer !
    les termes techniques Expliqués
    RETROUVEZ LA DEFINITION DES TERMES TECHNIQUES
    Vous avez AIMé ?
    Glace
    Saison juillet 2023